23 juillet 2014

Bastards - Ayerdhal


En librairie depuis le 6 janvier dernier, "Bastards" est le dernier roman de l'écrivain français Ayerdhal, particulièrement connu pour son oeuvre de science fiction.

Après avoir décroché le Pulitzer, l'écrivain Alexander Byrd se retrouve en proie au syndrome de la page blanche et fait appel à son collègue écrivain, Colum McCann.
Ce dernier lui parle de l'affaire Cat Oldie, le surnom qu'ont donné les médias à une vieille dame recherchée par la police car réputée pour se défendre mieux que personne à l'aide d'un sarcloir et d'un...gros chat.
Avec l'aide de son amie Maria Minuit, chargée des relations publiques au FBI et de deux assistants du procureur, Alexander se lance sur la piste de cette nonagénaire hors du commun et la retrouve devant la tombe du célèbre Houdini. Une rencontre qui déclenchera une guerre cinglante entre services secrets.
Percera-t-il le mystère de Cat Oldie ?

Voici un roman qui sort quelque peu des sentiers battus, hybride de par ses affinités avec les genres policier et fantastique, sans compter que l'action est bien présente dans ce roman qui se consacre par ailleurs à la quête d'un écrivain en manque d'inspiration.
Mais je dois avouer que c'est surtout l'univers félin dont s'entoure ce roman qui m'a le plus intriguée :)
Et je dois dire que j'ai été gâtée puisque les chats, associés à la mythologie égyptienne, tiennent une place de choix dans ce roman ! (Niki si tu passes par ici ;))

Nous suivons au départ un écrivain en panne sèche avec toutes les interrogations que cela suppose. L'occasion d'une intéressante rencontre avec Colum McCann, entre autres puisqu'Alexander Byrd croisera la route d'autres amis écrivains tels que Norman Spinrad, Jérôme Charyn, Paul Auster, Siri Hustvedt.

" - A la bonne heure ! s'exclame Jérôme. Tu sais comment les Français appellent le Bogeyman ?
- Aucune idée.
- Le croque-mitaine. Ca signifie the Crunch Mitts. C'est une belle image, non ? Ils ont aussi une autre expression rigolote pour dire sensiblement la même chose : le père Fouettard.
Ca peut se traduire par the Whipping Dad.
- Tu trouves ça rigolo ? Je dirais plutôt que c'est terrifiant.
- Tu trouves ça plus effrayant qu'un barbu bedonnant qui ramone les cheminées avec des cadeaux emballés par une armée d'esclaves dans du papier non recyclable ? Tiens, imagine la terreur d'un môme à qui tu dirais : "Si tu n'es pas sage, je t'envoie travailler vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans une mine au pôle Nord." p.148
"Bastards" bascule dans le genre policier au moment où Alexander se lance à la recherche de Cat Oldie et la trouve sur la tombe d'Houdini. A partir de cette rencontre, de petites touches de fantastique viennent se greffer au récit, sans qu'on ne parvienne toutefois à les relier directement à l'intrigue principale.
Si j'ai aimé suivre cet écrivain jouant les apprentis détectives, je ne l'ai décidément pas trouvé des plus finauds.


S'ajoute à cela le fait que je ne l'ai pas particulièrement apprécié en tant qu'homme : son côté chaud lapin et sa désinvolture par rapport à Maria Minuit du début à la fin m'ont quelque peu refroidie.
Alexander Byrd est présenté comme un écrivain, jeune veuf, qui tient à son indépendance. Du coup, j'ai été assez surprise par le fait qu'entouré en permanence par des femmes au tempérament explosif, il ne pète pas un plomb.

Comme le dit l'auteur : " L'écrivain n'est qu'un étalon qui s'est enferré dans une dynastie matrilinéaire à laquelle il ne comprend rien." p.260
 
Sacré gynécée d'ailleurs que cette galerie de personnages féminins aux griffes acérées et dotés d'un sacré sens de la répartie et de l'humour ! Kayleen, Asuncion, Lizzie, Shania, Aeris, Vaimiti, Liadan, Hermeline, Janet, la jeune Emily, c'est simple, je les ai tous aimés (coup de coeur particulier pour les deux dernières).

Si je me suis parfois sentie perdue durant ma lecture (beaucoup d'instances impliquées et d'enjeux à différents niveaux), j'ai toujours pu retomber sur mes pattes grâce à la maîtrise exemplaire de l'auteur dont on devine qu'il sait parfaitement où il va. Pour un français, il semble d'ailleurs tout à fait à l'aise dans la banlieue new-yorkaise.
Un roman assez dense, sans jamais être brouillon, et à la croisée de plusieurs genres habilement mêlés. Le genre de lecture qui ne devrait laisser personne indifférent !
Mon seul regret ? Ne pas pouvoir lire le roman achevé d'Alexander Byrd :)

Je remercie Babelio de m'avoir envoyé ce roman dans le cadre de son opération Masse Critique consacrée aux littératures de l'imaginaire.

tous les livres sur Babelio.com


http://liliba.canalblog.com/archives/2014/07/15/30240423.html

10 commentaires:

  1. Un plutôt bon thriller alors? Je le note par conséquent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui plutôt bien ficelé avec un mélange des genres efficace :)

      Supprimer
  2. Policier et fantastique, pas pour moi ça (même si j'adore les chats...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant j'ai trouvé que ces deux genres là allaient bien ensemble ici :) En tout cas, question chats on est servis !

      Supprimer
  3. Je n'ai pas encore lu Ayerdahl, et j'ai son Rainbow warrior en PAL. Mais j'avoue que celui-ci est aussi assez tentant. Si j'accroche à Rainbow, ça sera peut-être mon prochain!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je vais me renseigner sur Rainbow Warrior ;)

      Supprimer
    2. Je te dirai quoi si je le lis avant :-)

      Supprimer
    3. na pas rater résurgences et transparences du même auteur.

      Supprimer