25 juillet 2014

Madame Butterfly - Benjamin Lacombe



Publié en novembre 2013, "Madame Butterfly" est l'avant-dernier album de l'illustrateur français Benjamin Lacombe dont le dernier album, "Léonard et Salaï" est sorti fin mars.

L'officier Benjamin Franklin Pinkerton et son second venus de Boston débarquent dans la baie de Nagasaki, non sans imaginer qu'ils y prendront tous deux une épouse japonaise pour la durée de leur séjour.
A la maison de thé du Jardin aux Fleurs, Pinkerton croise le regard de la belle Butterfly, une jeune geisha aussi fragile que les papillons bleus qui ornent son kimono.
Une fois le mariage consommé, Pinkerton, lassé de la soumission et des manières de la jeune femme retourne sur le continent, en lui promettant distraitement de revenir "au temps des roses, à la belle saison, quand le rouge-gorge fait son nid".
Mais les saisons s'écoulent, laissant Butterfly seule avec ses pensées et un petit être qui grandit en elle...




Comme vous le savez sans doute, "Madame Butterfly" puise sa source dans le célèbre opéra en trois actes de Puccini, mais également dans le roman "Madame Chrysanthème" de Pierre Loti.
Benjamin Lacombe ne prenait pas grand risque à s'inspirer d'une célèbre histoire tragique aimée de tous, laquelle s'inscrit parfaitement dans son univers torturé.


Ce que j'ai toujours aimé chez Lacombe, c'est ce contraste entre la tristesse des situations vécues par ses personnages et la flamboyance des couleurs utilisées. Un procédé qui selon moi élève ces destins malmenés au rang de légendes.
Néanmoins, non seulement je connaissais déjà l'histoire de Pinkerton et de Butterfly (et je l'aime d'ailleurs toujours autant), mais je n'ai pas réussi à apprécier la valeur ajoutée de cet album.
Impression de déjà vu. Trop de similitudes avec son album "Les Amants Papillons". Un zeste de dessins sépias façon "Contes macabres". Une histoire universelle donc sans prise de risques. Et l'impression que Lacombe ne s'est pas foulé :(
La seule originalité de cet album réside au verso des pages, dans cette fresque aux tons bleus qui se déploie sur près de 10 mètres de long.


Je conçois bien que chaque artiste possède sa patte et ses obsessions créatrices. Je n'attends pas que Benjamin Lacombe change du tout au tout mais qu'il sorte un peu de sa zone de confort pour me surprendre.
Est-ce le cas du premier tome de "Léonard et Salaï" ?





23 juillet 2014

Bastards - Ayerdhal


En librairie depuis le 6 janvier dernier, "Bastards" est le dernier roman de l'écrivain français Ayerdhal, particulièrement connu pour son oeuvre de science fiction.

Après avoir décroché le Pulitzer, l'écrivain Alexander Byrd se retrouve en proie au syndrome de la page blanche et fait appel à son collègue écrivain, Colum McCann.
Ce dernier lui parle de l'affaire Cat Oldie, le surnom qu'ont donné les médias à une vieille dame recherchée par la police car réputée pour se défendre mieux que personne à l'aide d'un sarcloir et d'un...gros chat.
Avec l'aide de son amie Maria Minuit, chargée des relations publiques au FBI et de deux assistants du procureur, Alexander se lance sur la piste de cette nonagénaire hors du commun et la retrouve devant la tombe du célèbre Houdini. Une rencontre qui déclenchera une guerre cinglante entre services secrets.
Percera-t-il le mystère de Cat Oldie ?

Voici un roman qui sort quelque peu des sentiers battus, hybride de par ses affinités avec les genres policier et fantastique, sans compter que l'action est bien présente dans ce roman qui se consacre par ailleurs à la quête d'un écrivain en manque d'inspiration.
Mais je dois avouer que c'est surtout l'univers félin dont s'entoure ce roman qui m'a le plus intriguée :)
Et je dois dire que j'ai été gâtée puisque les chats, associés à la mythologie égyptienne, tiennent une place de choix dans ce roman ! (Niki si tu passes par ici ;))

Nous suivons au départ un écrivain en panne sèche avec toutes les interrogations que cela suppose. L'occasion d'une intéressante rencontre avec Colum McCann, entre autres puisqu'Alexander Byrd croisera la route d'autres amis écrivains tels que Norman Spinrad, Jérôme Charyn, Paul Auster, Siri Hustvedt.

" - A la bonne heure ! s'exclame Jérôme. Tu sais comment les Français appellent le Bogeyman ?
- Aucune idée.
- Le croque-mitaine. Ca signifie the Crunch Mitts. C'est une belle image, non ? Ils ont aussi une autre expression rigolote pour dire sensiblement la même chose : le père Fouettard.
Ca peut se traduire par the Whipping Dad.
- Tu trouves ça rigolo ? Je dirais plutôt que c'est terrifiant.
- Tu trouves ça plus effrayant qu'un barbu bedonnant qui ramone les cheminées avec des cadeaux emballés par une armée d'esclaves dans du papier non recyclable ? Tiens, imagine la terreur d'un môme à qui tu dirais : "Si tu n'es pas sage, je t'envoie travailler vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans une mine au pôle Nord." p.148
"Bastards" bascule dans le genre policier au moment où Alexander se lance à la recherche de Cat Oldie et la trouve sur la tombe d'Houdini. A partir de cette rencontre, de petites touches de fantastique viennent se greffer au récit, sans qu'on ne parvienne toutefois à les relier directement à l'intrigue principale.
Si j'ai aimé suivre cet écrivain jouant les apprentis détectives, je ne l'ai décidément pas trouvé des plus finauds.


S'ajoute à cela le fait que je ne l'ai pas particulièrement apprécié en tant qu'homme : son côté chaud lapin et sa désinvolture par rapport à Maria Minuit du début à la fin m'ont quelque peu refroidie.
Alexander Byrd est présenté comme un écrivain, jeune veuf, qui tient à son indépendance. Du coup, j'ai été assez surprise par le fait qu'entouré en permanence par des femmes au tempérament explosif, il ne pète pas un plomb.

Comme le dit l'auteur : " L'écrivain n'est qu'un étalon qui s'est enferré dans une dynastie matrilinéaire à laquelle il ne comprend rien." p.260
 
Sacré gynécée d'ailleurs que cette galerie de personnages féminins aux griffes acérées et dotés d'un sacré sens de la répartie et de l'humour ! Kayleen, Asuncion, Lizzie, Shania, Aeris, Vaimiti, Liadan, Hermeline, Janet, la jeune Emily, c'est simple, je les ai tous aimés (coup de coeur particulier pour les deux dernières).

Si je me suis parfois sentie perdue durant ma lecture (beaucoup d'instances impliquées et d'enjeux à différents niveaux), j'ai toujours pu retomber sur mes pattes grâce à la maîtrise exemplaire de l'auteur dont on devine qu'il sait parfaitement où il va. Pour un français, il semble d'ailleurs tout à fait à l'aise dans la banlieue new-yorkaise.
Un roman assez dense, sans jamais être brouillon, et à la croisée de plusieurs genres habilement mêlés. Le genre de lecture qui ne devrait laisser personne indifférent !
Mon seul regret ? Ne pas pouvoir lire le roman achevé d'Alexander Byrd :)

Je remercie Babelio de m'avoir envoyé ce roman dans le cadre de son opération Masse Critique consacrée aux littératures de l'imaginaire.

tous les livres sur Babelio.com


http://liliba.canalblog.com/archives/2014/07/15/30240423.html

14 juillet 2014

Une si longue lettre - Mariama Bâ


Initialement publié en 1979 et réédité en 2005, "Une si longue lettre" est le premier roman de la sénégalaise Mariama Bâ, également auteure du roman "Le Chant écarlate".

Ramatoulaye écrit à Aïssatou, son amie d'enfance, pour lui annoncer son récent veuvage.
Elle lui raconte le défilé sans fin des proches à l'hôpital (le défunt est enterré dès le lendemain) et les visites de condoléances interminables (cela peut durer jusqu'à 40 jours).
Comme le veut la tradition, Ramatoulaye est obligée d'héberger chez elle Binetou, sa jeune "co-épouse", le temps des funérailles.
A la douleur du deuil se greffe la peur de tout perdre car non content d'avoir abandonné sa femme et leurs 9 enfants sans revenus, son mari a également contracté des dettes et mis la maison de Ramatoulaye sous hypothèque pour entretenir sa nouvelle femme et financer leur villa...
Pourtant Ramatoulaye se souvient encore de leurs heureuses années de mariage et de l'insouciance de deux amies dont les choix de vie auraient pu être différents.

" La confidence noie la douleur." p.11

Mariama Bâ initie le lecteur à quelques coutumes locales pas vraiment enviables, à commencer par la polygamie qui n'arrange bien souvent que les hommes.
Au contraire de son amie Aïssatou qui a fait le choix de ne pas l'accepter et de vivre sa vie, Ramatoulaye s'en était accommodée, bien qu'elle ait appris les secondes noces de son mari d'une autre personne que lui et une fois celles-ci célébrées (il s'était bien gardé de la prévenir).
Mais quitte à donner dans le manque de respect, il a préféré les abandonner elle et leurs enfants.
Pour ne rien arranger, le soir du 3ème jour de deuil, tous les membres de la famille se rassemblent et font circuler des liasses de billets de banque à l'attention de la famille du défunt. Chaque veuve est tenue de doubler sa part, peu importe qu'elle ait été mariée 5 ou...30 ans.
Vient ensuite le tour de la mère de sa co-épouse qui exige de Ramatoulaye qu'elle paie la rente à vie que son beau-fils avait promis à sa fille.
A la fin de la période de deuil, voilà qu'on se dispute Ramatoulaye en vue d'un remariage.
Autant vous dire que la femme n'est nullement tenue en respect et tout au plus perçue comme une marchandise.

Bien qu'"Une si longue lettre" ne soit pas un témoignage direct, je l'ai lu en tant que tel et me suis prise d'affection pour la narratrice, une femme si seule dans sa douleur et pourtant si forte.
A travers le récit de Ramatoulaye, Mariama Bâ nous livre ici une vision pessimiste d'une mentalité qui respecte plus les coutumes que les gens.
Ramatoulaye peut heureusement compter sur ses enfants pour lui prêter main forte et sur son amitié avec Aïssatou.

" L'amitié a des grandeurs inconnues de l'amour. Elle se fortifie dans les difficultés, alors que les contraintes massacrent l'amour. Elle résiste au temps qui lasse et désunit les couples. Elle a des élévations inconnues de l'amour." p.103

Mais à l'instar de l'auteure, Ramatoulaye a foi dans le changement et la nouvelle génération. Elle
distille d'ailleurs dans ce roman son amour pour l'enseignement.

" Et nous vivions. Debout, dans nos classes surchargées, nous étions une poussée du gigantesque effort à accomplir, pour la régression de l'ignorance.
Chaque métier, intellectuel ou manuel, mérite considération, qu'il requière un pénible effort physique ou de la dextérité, des connaissances étendues ou une patience de fourmi.
Le nôtre, comme celui du médecin, n'admet pas l'erreur.
On ne badine pas avec la vie, et la vie, c'est à la fois le corps et l'esprit. Déformer une âme est aussi sacrilège qu'un assassinat.
Les enseignants - ceux du cours maternel autant que ceux des universités - forment une armée noble aux exploits quotidiens, jamais chantés, jamais décorés.
Armée toujours en marche, toujours vigilante. Armée sans tambour, sans uniforme rutilant.
Cette armée-là, déjouant pièges et embûches, plante partout le drapeau du savoir et de la vertu." p.50

Mariama Bâ savait manier la plume mais sans s'encombrer de fioritures (ce qui n'empêche pas l'émotion). On sent dans son écriture une volonté d'aller à l'essentiel, de livrer une histoire et un message, pas de se la raconter.
J'ai relevé quelques tournures désuettes, de celles que l'on retrouve je crois dans le "french african" (bien que je n'ai pas relevé le fameux "présentement" :)).
Curieuse et agréable impression de redécouvrir ma langue !
J'ai été touchée et révoltée par cette correspondance de femme à femme sincère et terriblement lucide. Que faut-il de plus pour vous convaincre de lire ce roman ? :)


7 juillet 2014

Sweet Sixteen - Annelise Heurtier


Réédité depuis le 2 avril dernier, "Sweet Sixteen" est un roman de la française Annelise Heurtier, auteure jeunesse à qui l'on doit notamment les romans "Le carnet rouge" et "La fille aux cheveux d'encre".

En mai 1954 aux USA, l'arrêt Brown versus Board of Education autorise les Noirs à pouvoir accéder au même enseignement que les Blancs.
Autant dire que cette décision de la Cour Suprême ne fait pas l'unanimité, particulièrement dans les états sudistes au sein desquels les Noirs sont perçus comme une race inférieure vouée à la servitude.
En 1957, à quelques jours de la rentrée scolaire, le Lycée central de Little Rock en Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à 9 étudiants Noirs, lâchés en pâture au milieu de 2500 étudiants Blancs.

" Depuis le trottoir, les habitants du quartier regardaient passer la Pontiac des Costello, le visage grave. Les femmes tenaient leurs petits serrés contre leur jupe. Les hommes restaient sans bouger, les mains enfoncées au fond des poches. Une vraie caricature.
En apercevant des visages plus familiers, Molly tenta quelques saluts de la main, que personne ne lui retourna.
Pourquoi l'observait-on comme ça ? Tout le monde ne la voyait donc que comme une coupable, une folle dangereuse ? Personne dans cette ville n'avait envie de faire bouger les choses ?
Personne n'avait entendu parler du pasteur Martin Luther King ? " p.73


Nous découvrons en alternance les points de vue de Grace et de Molly, deux jeunes filles sur le point de fêter leurs "sweet sixteen" (nom de la fête donnée par les jeunes filles américaines à l'occasion de leurs 16 ans, signant ainsi le passage à l'âge adulte).
Grace est issue d'une famille blanche aisée. Son quotidien se résume à choisir sa tenue du jour et à tenter de séduire Sherwood, le frère de sa meilleure amie Brook.
La mère de Sherwood et de Brook se trouve à la tête d'une association de mères de famille farouchement opposées à ce que leurs enfants fréquentent les Noirs durant les cours (ou ailleurs).
Bien que Grace ne cautionne pas vraiment les actions lancées par ces femmes, elle se préoccupe avant tout de plaire à Sherwood.
Molly fait partie des 9 étudiants noirs admis à Little Rock. A l'annonce de la nouvelle, Noirs comme Blancs tentent de la dissuader d'entrer dans ce lycée. Les uns en la sermonnant sur les risques encourus non seulement pour elle-même mais aussi pour ses semblables, les autres en lui faisant clairement comprendre qu'elle est indésirable.
La jeune fille et ses 8 camarades devront s'y prendre à plusieurs reprises avant de pouvoir atteindre les portes de l'établissement, finalement escortés par l'armée du général Eisenhower...


L'histoire de ces 9 étudiants noirs scolarisés à Little Rock (tous les lycées américains comportent-ils le mot Rock ?) s'inspire malheureusement de faits réels. Ils n'y passeront qu'une année car bien que sur le déclin, l'Amérique ségrégationniste n'a pas encore dit son dernier mot.
Malgré son démantèlement officiel en 1944, le Ku Klux Klan trouve encore ses adeptes et assimile les progressistes/intégrationnistes aux Noirs.

L'auteure fait état d'un véritable acharnement et d'une violence qui va bien au-delà de l'intimidation et des mots.
J'ai été mortifiée par les réactions et la cruauté de ces lycéens Blancs qui se contentent de répéter ce qu'ils entendent de leurs parents (dans un autre genre, on leur interdisait d'écouter Elvis dont le déhanchement était jugé obscène. Autant dire qu'à cette époque-là Rihanna ou Miley auraient été lapidées avant leur premier twerk).
Mais plus encore par ces extrémistes et ces mères de famille hystériques prêtes à tout pour arriver à leurs fins alors même qu'elles qualifient les Noirs d'êtres dangereux et pulsionnels !

J'ai beaucoup aimé la personnalité de Molly qui, sans jouer les têtes brûlées, trouve le courage de retourner chaque jour au lycée malgré cette ambiance à la "Carrie".


Le personnage de Grace, présentée au départ comme la pétasse superficielle, n'est pas en reste non plus même si il m'a fallu plus de temps pour apprécier sa prise de conscience progressive.

J'ai trouvé ce climat de tension croissante très bien rendu. Et pour une fois, j'ai réellement pu apprécier un roman jeunesse sans avoir l'impression qu'il s'adressait à un lectorat plus jeune.
Plus qu'un simple roman, "Sweet Sixteen" offre une triste leçon d'histoire mais présentée comme une invitation à la tolérance et à la non-violence.
Un coup de coeur qui pourrait aussi être le vôtre !

" Peut-être que tout cela ne faisait que commencer.  Peut-être que le jour viendrait où les Noirs pourraient assister aux mêmes spectacles que les Blancs. Peut-être que les piscines leur seraient ouvertes toute la semaine, et pas seulement la veille du nettoyage. Qu'un chanteur noir aurait le droit de faire swinguer une femme blanche sans être boycotté. Qu'il serait permis de se marier en mélangeant les couleurs.
- Et peut-être même qu'un jour il y aura un président noir à la Maison Blanche ! s'enflamma-t-elle devant son miroir. " p.105 (les 9 étudiants de Little Rock furent invités par Obama le jour de son investiture :))

Je remercie les éditions Casterman de m'avoir offert ce roman.
 



2 juillet 2014

L'invitation - Jim et Mermoux



Publié en 2010, "L'invitation" est un album scénarisé par Jim et illustré par Dominique Mermoux.

Au milieu de la nuit, Raphaël se fait réveiller par un coup de fil de Léo, son ami d'enfance, tombé en panne à plus d'une heure de route de chez lui.
Sur l'insistance de sa copine Helen, Raphaël se décide à lui venir en aide.
Mais à peine arrivé, il découvre que tout cela n'était qu'une mise en scène orchestrée par Léo et destinée à tester ses amis...
Furieux, Raphaël ignore encore à ce moment-là que quelques jours plus tard, Léo lui remettra une invitation d'un genre assez particulier.


Si l'un de mes amis me jouait un tour pareil, je sais exactement comment je réagirais : je serais furax ! Pas seulement du fait d'avoir été sortie de mon lit en pleine nuit pour une bête blague, mais surtout, en fonction de la situation et du prétexte évoqué, pour la grosse trouille que j'aurais éprouvée.
Léo passe pour le meneur fêtard et irresponsable, toujours prêt à faire des conneries. Raphaël a longtemps été son complice puis a fini par se ranger depuis leurs jeunes années.
Au fil des pages, le lecteur découvre les fondations de leur longue amitié forgée sur des rapports parfois complexes. Ils se lancent des paris, s'envoient des piques mais s'échangent aussi quelques reproches.




Car l'amitié - comme l'amour - n'est pas sans heurts et nécessite d'être entretenue. Il arrive souvent dans une vie que l'un ou l'autre emprunte des chemins différents. Parfois au point de ne plus se comprendre.
Mais nul besoin non plus de se ressembler ou d'être d'accord sur tout pour nourrir une amitié (bien qu'un minimum d'affinités soit tout de même nécessaire).
Dans le récit, l'auteur emprunte cette citation à un auteur inconnu :  "L'amitié, c'est gérer les affinités. L'amour, c'est concilier les différences".
Pour ma part, je pense que l'amitié nourrit les mêmes exigences que l'amour, bien que ces deux types de relations se vivent bien entendu différemment.
Côté illustration, je n'ai pas grand chose à en dire si ce n'est que le dessin de Dominique Mermoux sert parfaitement le propos tout en "habillant" les scènes de silence.
La majorité du récit se déroule le long d'une route déserte durant la nuit, ce qui donne lieu à des cases souvent sombres mais pas ennuyeuses pour autant !

"L'invitation" nous offre une belle leçon sur le sens de l'amitié, à travers le récit d'une relation pas toujours facile mais pas moins solide et vraie.
J'ai aimé voir ces deux grands enfants se chamailler pour des bêtises mais se retrouver dans l'essentiel.


Un album qui nous renvoie immanquablement à nos propres rapports aux autres. A découvrir !

D'autres avis : Choco - Sandrine - Theoma


14ème participation à la bd du mercredi chez Mango

Logo BD noirLogo BD rouge


27 juin 2014

Souviens-toi de demain - Vanessa Caffin



En librairie depuis le 26 mars dernier, "Souviens-toi de demain" est un thriller écrit par la romancière française Vanessa Caffin, également auteure de "J'aime pas l'amour...ou trop peut-être", "Mémoire vive" ou encore "Rossmore Avenue".

Charlie Longe, 35 ans, est victime d'une agression qui la plonge dans le coma durant un mois.
A son réveil, non seulement elle n'a conservé aucun souvenir de son passé, mais elle n'est désormais plus capable d'enregistrer de nouvelles informations.
Chaque nouvelle journée s'annonce comme un éternel recommencement, même si le journal dans lequel elle consigne ses souvenirs lui fait gagner un peu de temps chaque matin.
Qui est-elle ? Où vit-elle ? Pourquoi a-t-elle été agressée ? Autant de questions auxquelles Charlie tentera désespérément de répondre, se heurtant au mutisme de certains collègues et à un proche qui n'en a pas fini avec leur histoire...


" Voilà ce qui la déstabilisait aujourd'hui, elle ne fonctionnait pas à l'affect. Elle avait l'impression d'un parcours d'obstacles.
La solitude est meurtrière, pensa-t-elle, parce qu'on finit par oublier qu'on est vivant.
Elle tenta de se remémorer la demeure de ses parents, mais aucune image ne lui vint, si ce n'est un décor fantasmé.
Elle ne se souvenait pas de s'être fâchée avec son père, ni ne ressentait la cicatrice de son absence.
Orpheline sans trauma. Et si cet accident était une bénédiction, l'occasion de se racheter, d'effacer l'ancienne Charlie Longe ?
Elle en vint à craindre de retrouver un jour la mémoire et la personnalité qui va avec.
Elle en vint même à prier que ce jour soit une nouvelle naissance. On gomme tout et on recommence, l'apprentissage des sentiments, les règles de socialisation.
On réapprend à aimer, tolérer, comprendre, pardonner. Mais avec qui ? Elle avait apparemment fait le vide autour d'elle.
Elle n'avait plus personne à aimer, plus rien à pardonner. Mauvaise idée. Remonter le fil, creuser profond, chercher et chercher encore." p.79

Tout le monde se souvient probablement de l'excellent "Un jour sans fin" (l'auteure y fait d'ailleurs allusion) qui mettait en scène un Bill Murray condamné à revivre la même journée à l'identique. Ou presque car il conservait néanmoins la mémoire des jours précédents, ayant ainsi la possibilité d'influencer le cours des journées suivantes.
Charlie, elle, ne peut compter que sur son journal, bien que celui-ci lui joue parfois de mauvais tours.
"Souviens-toi de demain" étant un thriller psychologique, vous vous doutez bien que tout le monde ne souhaite pas venir en aide à Charlie.
En parallèle à sa quête personnelle, nous suivons donc le quotidien d'un homme sans scrupules qui met tout en oeuvre pour exploiter son amnésie (ce qui est quand même bien crapuleux).
Charlie, du fait de sa perte de mémoire et de son manque de repères, s'avère être une proie facile et manipulable à souhait.
A-t-elle encore une place dans le monde ? A qui peut-elle faire confiance ?
Perdue, elle ne sait pas vraiment vers qui se tourner d'autant qu'elle ne peut même pas compter sur elle-même.
J'ai sincèrement eu pitié de cette femme qui nage en pleine confusion et je l'ai trouvée assez crédible dans ses réactions.
A quelques exceptions près. J'aurais notamment pris beaucoup plus de notes ou essayé, à l'aide d'une carafe de Redbull, de passer une nuit sans sommeil histoire de tester ma mémoire (il me semble que le personnage joué par Bill Murray tentait le coup).
La problématique de ce qu'on appelle la mémoire antérograde (amnésie à court terme) aurait pu selon moi être un peu plus approfondie.

Les circonstances de l'agression de Charlie sont connues dès les premières pages ce qui, loin de nous gâcher le suspense, installe d'emblée une tension qui ne retombera pas.
"Souviens-toi de demain" fait l'effet d'un long cauchemar éveillé. Un rendu accentué par des chapitres courts qui incitent à ne pas lâcher le livre, un rythme soutenu (sans être infernal) et un style simple mais efficace.
Bien que le sujet de la perte de mémoire soit un thème over-exploité dans ce type de thriller, j'ai trouvé cette lecture assez prenante, machiavélique et énervante comme j'aime, et qui se conclut par une fin qui aurait toutefois pu se passer de l'épilogue.
Un thriller parfait pour l'été qui m'a fait penser à du Pierre Lemaître (en moins tarabiscoté que "Robe de marié").

Je remercie les éditions Calmann-Lévy de m'avoir envoyé ce roman.




25 juin 2014

...à la folie - Sylvain Ricard & James


Publié en 2009, "...à la folie" est un album signé par les français Sylvain Ricard (scénario) et James (illustration).

Ils se sont cherchés du regard durant leurs études avant de s'aimer follement et de se marier dans la foulée. Il travaille dur. Elle reste à la maison. Il gagne assez pour deux.
Tous les matins, elle se lève avant lui, prend garde de ne pas le réveiller, lui prépare son petit déjeuner et le taquine sur ses choix vestimentaires.
Malgré un quotidien réglé comme du papier à musique, une dispute finit par éclater.
Pour trois fois rien et pourtant, la première gifle part. La première d'une longue série.


Le thème de la violence conjugale a déjà si souvent été abordé que j'avais l'impression d'en connaître (théoriquement) tous les rouages.
Or le sujet n'en finit pas de me révolter, me laissant toujours devant cette même interrogation : qu'aurais-je fait à la place de cette femme ?
N'ayant (heureusement) jamais connu pareille situation, la réponse me semble évidente.
Mais ce genre de chose est toujours plus facile à dire qu'à vivre.
Prenons cette femme, éperdument amoureuse d'un mari qui fait sa fierté et autour duquel elle a entièrement construit sa propre vie.
On ne lui connaît pas d'autre activité que de veiller à son bien-être. Quelques visites de sa mère ou de sa meilleure amie. Pas de quoi remplir un quotidien.
Au début, les coups sont visibles. Elle sait au fond d'elle qu'elle est une femme battue et que ce n'est pas normal. Sa mère lui conseille de relativiser et de mieux s'occuper de son mari. Une séparation ? Un divorce ? Ca passera avec le temps. Et puis le mariage c'est pour le meilleur et pour le pire.
De son côté, sa meilleure amie s'inquiète mais elle entre dans un mécanisme de défense, cherchant des excuses à cet homme dont elle apprend à anticiper les réactions pour mieux encaisser les coups.
Il a beaucoup de pression sur les épaules. Il vise une grosse promotion. Ca ira mieux après.
Lui est entièrement tourné vers son travail et son patron dont il s'apprête à prendre la relève. Il se décharge de sa frustration sur sa femme, tout en n'ayant absolument pas conscience de la gravité de la situation. Sa part du récit, égoïste, est d'ailleurs assez édifiante, bien qu'il prétende aimer sa femme.


La force de "...à la folie" réside justement dans ce double point de vue, mettant ainsi en lumière tout ce qui sépare le mari de sa femme. Chacun dans sa bulle si je puis dire.
Un aveuglement de part et d'autre. Alors que lui se fait encourager par son patron à ne pas se laisser marcher sur les pieds, elle entre dans une phase de déni avant de se laisser convaincre par sa meilleure amie de porter plainte contre son mari.
Mettra-t-elle fin à ce dangereux engrenage ?
Certains plans les montrant assis d'un bout à l'autre d'un canapé suggèrent une thérapie de couple.

J'ai eu un peu de mal au départ à apprécier le choix du zoomorphisme qui selon moi traduisait une certaine légèreté (on sait pourtant que ce procédé a fait ses preuves, notamment dans la série "Maus" de Spiegelman).
Or c'est justement cette apparente légèreté qui accentue toute la gravité du récit (hum...j'espère être claire là...).
Le discours est relayé par des illustrations sépias, sobres mais suffisamment explicites.
"...à la folie" nous montre que la violence conjugale ne se résume pas au nombre de coups portés mais participe aussi d'un processus d'enfermement psychologique.
Les victimes, bien souvent livrées à elles-mêmes, se laissent entraîner dans une terrible spirale de violence et de dépendance affective, au point d'en arriver à redéfinir leurs rapports de couple pour anticiper cette violence, au lieu d'y mettre fin.
Certaines parviennent à en sortir. Malheureusement pas toutes.
Un album à lire si le sujet vous intéresse.

Les avis de Choco (Joyeux anniversaire miss !) - Cuné - Sandrine


13ème participation à la bd du mercredi chez Mango

Logo BD noirLogo BD rouge