23 mai 2013

Les Tribulations d'une caissière - Anna Sam



Publié en 2008, "Les Tribulations d'une caissière" est le premier roman de la française Anna Sam, également auteure des ouvrages " Conseils d'amie à la clientèle" et "Mon tour de France des blogueurs".

Pour financer ses études, Anna Sam opte pour le métier d'hôtesse de caisse. Une fois son diplôme en poche, faute de trouver un autre métier malgré un BAC+5, elle travaillera durant 8 ans dans une grande surface.
Après avoir ouvert un blog dédié à son métier, elle se voit proposer de compulser ses anecdotes dans un livre.
M'étant moi-même retrouvée derrière une caisse à plusieurs reprises lorsque j'étais étudiante, je m'attendais à ce que plusieurs histoires trouvent écho dans ma mémoire.
Et effectivement, j'ai connu ou entendu beaucoup de choses similaires à celles qu'a vécues Anna Sam.
La formation express, le tee-shirt difforme arborant un joli message du type "Nous sommes là pour vous servir" (ah cette phrase-là ressort à tous les coups quand le client est mécontent !), le comptage de la caisse après la fermeture (on ne part pas tant que le compte n'est pas juste, véridique), les horaires changeants et bien sûr les clients irrespectueux et impolis.
Je me souviens encore d'un sacré emmerdeur qui m'a tenu la jambe pendant 20 minutes pour discuter d'un prix qu'il jugeait trop élevé. Comme si les caissières y étaient pour quelque chose.
Ah oui...ne pas oublier les clients coquins. J'en ai rencontré un un jour, le genre homme d'affaires pressé qui se pointe à la caisse juste avant la fermeture avec un ravier de fraises, une bouteille de champagne et une boîte de capotes.
J'avais pouffé de rire en lui souhaitant une bonne soirée :P
D'ailleurs, si vous avez du temps à perdre (et dieu sait qu'on en a quand on se retrouve coincé dans une file à la caisse), examinez le contenu des caddies devant vous et imaginez un instant le genre de vie que mènent leurs propriétaires.
Un petit jeu qui m'amuse encore beaucoup aujourd'hui :) J'avais à l'époque une fidèle cliente que je soupçonnais de tenir une ménagerie tant ses achats de nourriture pour animaux divers étaient impressionnants (je l'avais d'ailleurs secrètement surnommée "La gardienne de zoo").

En revanche, comme je ne travaillais comme caissière qu'un mois par an, je n'ai pas eu le temps d'expérimenter les maux de dos et tours de reins dont se plaint Anna Sam mais je n'en suis guère étonnée vu le poids des articles scannés chaque jour (beaucoup doivent être soulevés pour que le code-barre puisse être scanné).
J'ai été étonnée d'apprendre que les clients se montraient gênés d'exposer leur papier wc sur le tapis roulant à la vue de tous et qu'ils s'empressaient de le planquer une fois l'article scanné.
Ce doit être un phénomène typiquement français (^^) car je n'ai aucun souvenir de ce type de gêne à la caisse. J'ai même fait attention quelques fois quand je me trouvais à la caisse de mon supermarché et non, personne ne semblait embarrassé par son PQ :P
En revanche, s'agissant des préservatifs, tampons et serviettes hygiéniques, c'est une autre histoire :)

Compte tenu du sujet de ce livre, on peut se demander si il vaut mieux en rire ou en pleurer.
Anna Sam a en tout cas pris le parti d'en rire, offrant au lecteur un patchwork d'anecdotes souvent savoureuses, même si l'on devine bien l'exaspération et la frustration derrière le cynisme de l'auteure.

" Alors si vous entendez une mère dire à son enfant en vous pointant du doigt : "Tu vois chéri, si tu ne travailles pas bien à l'école, tu deviendras caissière, comme la dame", rien ne vous interdit d'expliquer que ce n'est pas un sot métier, que vous ne voulez pas rester au chômage et que vous avez même fait des études brillantes (Un bac+5? Tout ça ?)
Sinon, ne vous étonnez pas si après les enfants vous manquent de respect ou vous voient comme une ratée...
J'ai un scoop pour toutes ces personnes bien pensantes : il est loin le temps où avoir fait des études conduit à un emploi de rêve.
Aujourd'hui, les diplômés universitaires occupent aussi bien souvent des petits boulots.
Merci, chers parents clients, de vous servir de nous comme épouvantail pour élever vos enfants !
Réactualisez un peu votre copie." p.103

"Les Tribulations d'une caissière" n'est pas un "objet littéraire" à proprement parler et j'ai trouvé un peu dommage que l'auteure n'ait pas poussé un peu plus le constat vers une analyse approfondie.
Néanmoins, je pense qu'Anna Sam s'est livrée ici sans prétention et avec une sincérité évidente.
Et ma foi, si cet ouvrage a pu élever quelques consciences, le pari est gagné !

"Les Tribulations d'une caissière" a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 2011.

 


22 commentaires:

  1. Je l'ai lu, mais directement sur le blog de l'auteur, il y a longtemps.
    Ah bon, on planque son PQ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben apparemment c'est ce que vous faites, vous les frenchy ^^

      Supprimer
  2. j'avais lu quelques articles sur son blog, ayant également été caissière durant mes études, certaines anecdotes me parlent. Je fais comme toi, j'examine le contenu des caddies en imaginant la vie des gens, cela permet de passer le temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me fait beaucoup rire et parfois j'aimerais leur poser des questions pour confirmer mes impressions. Si ça se trouve, pour certains je suis complètement à côté de la plaque :P

      Supprimer
  3. Tiens, je ne savais pas qu'il y avait eu un film.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce film ne me tente pas du tout. En regardant le trailer, je me suis dit que l''histoire d'amour (absente du livre) avait l'air d'être le sujet principal du film...Alors bof...

      Supprimer
  4. J'ai moi aussi était hôtesse de caisse pendant les vacances quand j'étais étudiante. Depuis mon regard sur elles a complètement changé ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, sans doute qu'une fois qu'on s'est retrouvées à leur place, on y repense par la suite

      Supprimer
  5. J'suis pas gênée quand j'achète mon PQ ou mes serviettes (sauf quand je rencontre mes élèves) mais les capotes si! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah j'imagine ta tête et leurs réflexions "Z'allez faire quoi avec ça m'dame ?" ^^

      Supprimer
  6. ha j'y retrouverais pas mal de vécu aussi, j'ai été caissière aussi pas mal de temps ( mais je n'ai qu'un pauvre bac +4!).. En attendant, j'ai souvenir d'avoir été engueulée comme pas permis par une femme qui me reprochait d'avoir oublié le petit autocollant minuscule donnant une réduction de 5 centimes d'euros pour 4 yaourts.. un samedi après midi à 16h00 avec plus de 20 personnes qui font la file.. et le chef qui pressure pour qu'on aille vite.
    Ca et ceux qui venait au supermarché à 12h30 acheter un sandwich et une bouteille de flotte parce qu'ils avaient eu la flemme de préparer leur panier repas, et qui nous harcelaient " dépêchez-vous, je n'ai pas que ça à faire, je travaille MOI" (car moi, bien sûr, c'est parce que je m'ennuyais chez moi que je suis venue comme ça, tenir la caisse d'une supermarché à l'heure des repas..)
    Hé oui, faut l'avoir vécu pour comprendre que ça n'est pas une exagération....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. Ceci dit, je pense que tous les métiers de service qui impliquent de fréquenter des clients au quotidien comportent leur lot d'anecdotes déplaisantes :/

      Supprimer
  7. Je l'ai vu au cinéma, et j'avais trouvé ça d'un niais!! Autant certaines situations de la vie des caissières étaient drôles ou tristes et relativement vraisemblables, autant l'histoire d'amour...Pfff.
    Ca ne m'a vraiment pas laissé un souvenir impérissable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le film, ça ne m'étonne pas...

      Supprimer
  8. Comme Keisha, je suivais son blog...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai découverte que plus tard pour ma part

      Supprimer
  9. je l'ai lu, sans le trouver exceptionnel, je pense qu'il est important que les gens "sachent"... J'ai aussi bossé en tant que caissière comme job d'été et ce fut mon pire souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà, ce n'est pas le bouquin marquant que je relirais plusieurs fois mais j'espère qu'il a réussi à changer le comportement de certains (on peut rêver :))

      Supprimer
  10. Pas tentée, mon homme qui a aussi pratiqué le métier pour un temps m'a assez raconté les anecdotes ;-) Pas gênée de mon papier Q ni de mes tampons ! Les capotes, j'en ai jamais acheté ! J'aime ton histoire du monsieur avec ses fraises etc. Au départ, j'avais compris qu'il voulait t'inviter lol. Par contre, ça m'énerve ces réflexions mesquines à l'égard des caissières. Surtout quand on voit de quel genre de personnes ça vient !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui cette histoire de PQ gênant me laisse sceptique ^^ A moins que les gens aient honte de clamer leur gêne :P

      Supprimer
  11. J'avais adoré, m'étais bien amusée et avais même reconnu un de mes travers, pas bien méchant.
    Par contre, le film est très très décevant !

    RépondreSupprimer
  12. Un livre vraiment instructif sur le quotidien d'une caissière

    RépondreSupprimer