9 avril 2014

La Propriété - Rutu Modan


Publiée en hébreu en 2013 et disponible en français depuis le mois de février, "La Propriété" est une bande-dessinée de la dessinatrice israélienne Rutu Modan.

Deux mois après le décès de son père, Mica quitte l'Israël pour accompagner sa grand-mère Regina à Varsovie et récupérer la propriété de ses arrière-grands parents qui ont fuit le régime nazi en 1939.
Mais à leur arrivée à l'hôtel, sa grand-mère consulte l'annuaire et change brusquement d'avis.
C'est seule que Mica se rend dans les ruines du ghetto juif, encombrée par un lointain ami de la famille rencontré par hasard dans l'avion et qui la suit partout.
La jeune femme réussit à lui fausser compagnie grâce à Tomasz, un charmant guide touristique.
Restée à l'hôtel, sa grand-mère compose le numéro d'un certain Mr Gorski.
Qui est cet homme et pourquoi Regina souhaite-t-elle à présent rebrousser chemin ?

Rutu Modan nous propose un album assez dense, dont l'action est étalée sur 7 jours, et dont l'objet principal n'est pas, comme on pourrait le penser, l'extermination des Juifs (ce qui assez rare que pour être souligné je trouve).
Certes, ce thème apparaît en toile de fond, mais il n'est pas ici le propos premier de l'album, qui tourne surtout autour de la transmission, de la famille, de la jalousie et du souvenir.
L'intrigue consiste principalement en un enchaînement de malentendus et de fausses pistes liés à un secret de famille depuis longtemps enfoui.
J'ai beaucoup apprécié la distance critique et l'humour de l'auteur pour évoquer un contexte qui reste délicat encore aujourd'hui. Ah la scène de la reconstitution ! Ou encore celle de l'avion :


                    

 
Côté dessin, j'ai été frappée, dès les premières pages, par leur familiarité, aussi bien dans le trait que dans le choix des couleurs, avec l'univers d'Hergé.
D'ailleurs, le personnage de Regina, la grand-mère, m'a énormément fait penser à la Castafiore (d'autant que toutes deux ont un sacré tempérament !).
Un bon moment de lecture en somme :)


D'autres avis : Keisha - Aifelle


MERCI à Price Minister-Rakuten ainsi qu'à la librairie Pages après pages pour m'avoir envoyé cet album.

Huitième participation à la bd du mercredi chez Mango

Logo BD noirLogo BD rouge



14 commentaires:

  1. Moyennement emballée par le dessin je dois dire... Pour le reste, pourquoi pas...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas la plus grande fan du style Hergé mais l'histoire m'a plu :)

      Supprimer
  2. J'avais hésité sur ce titre mais les dessins ne vont pas me plaire.

    RépondreSupprimer
  3. Je retiens ce titre car ce que tu en dis me plaît bien et que les dessins très colorés ainsi me plaisent. Que demander de mieux?

    RépondreSupprimer
  4. Une BD israélienne, c'est plutôt original. Mais pour ma part, je n'accroche pas du tout du tout au dessin et aux couleurs criardes. A priori, je passe mon tour malgré ton avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas comme le dit l'expression :)

      Supprimer
  5. Globalement j'ai aimé cette histoire, qui montre toute la complexité des problèmes liés à cette époque-là. J'ai seulement regretté le côté un peu fouillis de la mise en page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le côté fouillis ne m'a pas spécialement marquée. Si ce n'est peut-être que par moments je n'étais pas trop sûre du sens de lecture de certaines bulles.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Oui et surtout de traités de façon originale :)

      Supprimer
  7. Le dessin, oui, on est dans la ligne claire; Tu as raison pour la Castafiore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant je suis loin d'être calée en bd. Mais là c'était flagrant.

      Supprimer