24 août 2012

Les morsures de l'ombre - Karine Giebel


Publié en France en 2007, "Les morsures de l'ombre" est le second roman de l'écrivaine française Karine Giebel, également auteure des romans "Terminus Elicius", "Chiens de sang", "Jusqu'à ce que la mort nous unisse" ou "Meurtres pour Rédemption".

Sur la route du retour, Benoît Lorand aperçoit Lydia, une automobiliste en panne, et la raccompagne chez elle.
La jeune femme lui propose un verre et fidèle à lui-même, Benoît succombe à ses charmes.
Mais le lendemain matin, il se réveille comateux au milieu d'une cave aménagée telle une cage.
La sensuelle Lydia a maintenant cédé la place à une désaxée animée par une furieuse soif de vengeance et bien décidée à le torturer jusqu'à ce qu'il passe aux aveux.
Mais Benoît sait-il seulement ce qu'elle lui reproche ?

Au vu du titre, on pourrait croire à un énième roman bit-lit sauf qu'il s'agit bien ici d'un policier voire même d'un thriller (je trouve d'ailleurs que la distinction entre ces deux genres se veut de plus en plus mince).
Le titre à lui seul (qu'à ce jour je n'ai toujours pas compris...) m'aurait certainement fait passer mon chemin si Canel, à qui était destiné ce livre, ne m'avait pas convaincue de m'y plonger avant de lui envoyer.

Après un début à la "Saw", le lecteur fait connaissance en même temps que Benoît avec Lydia la géolière. A partir de là, le récit bascule dans un genre de remake de "Misery" ainsi que nous le rappelle la quatrième de couverture : Lydia et Annie présentent ce même goût pour la torture et affichent une personnalité aussi sadique qu'imprévisible.
Sauf que Lydia est quand même bien plus séduisante que Kathy Bates et qu'elle n'a pas du tout dans l'idée de faire écrire un roman à son otage mais bien de lui infliger d'atroces souffrances pour le faire parler.
Mais de quoi au juste ? On tarde à le découvrir. Les jours passent au gré des chapitres et Benoît continue de clamer son innocence malgré la faim, le froid, la fatigue, les décharges au taser, les coups, les cafés arrosés de strychnine et les conséquences psychologiques dues à la séquestration.
Entre les " Tu vas payer. Souffrir. Agoniser lentement. Crever." de Lydia et les "Je te jure que je vais te tuer ! T'étrangler ! Défoncer ta jolie petite gueule !" de Benoît, les séances de psy de Lydia et l'enquête sur la disparition de Benoît qui ne dégage aucune piste, on piétine.
Heureusement, Lydia finit par laisser échapper quelques indices qui nous permettent de mieux comprendre sa violence contre Benoît.
Pour un flic, je m'étais d'ailleurs attendue à un peu plus perspicace...

Je ne vous en dirai pas plus si ce n'est que j'ai trouvé la chute (à comprendre dans les deux sens) too much et la pirouette finale un peu trop tirée par les cheveux.
Je me suis par ailleurs demandée comment Lydia avait fait pour réussir à harponner Benoît pile au bon moment le long de la route alors qu'il ne parcourait pas son chemin habituel. Comment a-t-elle su ?
Bien que sommairement esquissés, les différents personnages sont décrits sous l'angle de la suspicion, ce qui permet à l'auteure de laisser planer le doute quant à l'implication de l'un ou l'autre dans la disparition de Benoît.
Comme c'est souvent le cas dans les policiers et thrillers, le roman est rédigé dans une écriture simple, déclinée en phrases courtes, les personnages s'exprimant volontiers dans un style plutôt familier.
Certes, je dois quand même avouer avoir dévoré ce roman en à peine une journée. Il faut dire que l'auteure parvient à insuffler à cet oppressant huis-clos un climat de tension grandissante, torturant ainsi autant son personnage principal que son lecteur.


Voyons ce que Canel en a pensé de son côté.

13 commentaires:

  1. "torturant ainsi autant son personnage principal que son lecteur" -> bah alors, mission accomplie par l'auteur !! je me réjouis avec ça, moi ! :-)
    Je me demande tjs si je suis irrémédiablement maso/sado pour autant aimer les polars ? je ne sais pas de quelle façon cela me 'comble' (hihi) autant !?!? ;-)
    Un bon flic, oui, d'après ses collègues, pas perspicace en l'occurrence, oui, mais... t'as vu dans quel état il est ? Y a lgtps que tous mes neurones auraient décroché, à sa place ! ;-)
    Encore un grand MERCI en tout cas ! cet aprèm, je me suis acheté 'Jusqu'à ce que la mort nous unisse' de cette auteur, j'en bave déjà !!! ;-)
    Bisous !
    Cécile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais tu sais, il faut vraiment qu'il ne se passe rien pour que j'arrête un thriller en cours de route ^^ J'ai quand même toujours envie de savoir comment ça se termine.
      Bon c'est vrai que le flic est loin d'avoir tous ses moyens mais bon ça semblait tellement évident !
      J'attends ton avis sur le suivant, histoire de savoir si je tente une seconde lecture de l'auteure ou pas ;)

      Supprimer
  2. Si vous voulez découvrir l'envers du décor du monde du livre et les aléas de la vie d'un petit éditeur à compte d'éditeur ou bien en savoir plus sur les phases de conception d'un livre, n'hésitez pas à passer sur mon blog :

    http://lotoedition.canalblog.com/

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  3. Si tu as dévoré ce roman en moins d'une journée... pour moi c'est bon signe ! Une auteure que j'ai très envie de découvrir, j'ai un de ses titres dans ma PAL mais lequel...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est pas long et je ne voulais pas aller me coucher sans savoir ^^ Je me fais avoir à tous les coups avec les thrillers !

      Supprimer
  4. Je me demande justement si je ne trouverait pas moi aussi ses romans too much.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un doute te concernant effectivement :P Ceci dit, je suis certaine que Canel s'est mis en tête de te convaincre ^^

      Supprimer
  5. J'ai lu durant une période de vacances "Chiens de sang". Aussi vite lu aussi vite oublié, mais dévoré fébrilement ! Je ne sais pas si j'ai envie d'y retourner... à voir !

    RépondreSupprimer
  6. Malgré quelques bémols, ce roman se dévore. Son dernier est vraiment extra (je ne lui ai trouvé aucun défaut).

    RépondreSupprimer
  7. Je suis comme toi, j'ai toujours envie de savoir comment ça va se terminer ! Je viens de le finir et j'ai bien aimé, même si effectivement il y a quelques pirouettes difficilement explicables. J'aurais aimer que l'auteur aille plus loin et nous ponde quelques chapitres supplémentaires... Mais ça me donne quand même envie d'en lire un autre de cet auteur !

    RépondreSupprimer
  8. J'avais aimé Misery en son temps. Je vais en rester là ;-)

    RépondreSupprimer
  9. J'avais dévoré ce roman bien flippant ;)

    RépondreSupprimer
  10. Ah une journée entière rien qu'à lire... le bonheur !

    RépondreSupprimer