25 mars 2012

Le carnet Moleskine - Johanna Assand


"Le carnet Moleskine" est un roman de l'écrivaine française Johanna Assand, également auteure de "Renaissance à l'italienne". Il paraîtra en librairie le 12 avril prochain.

Julie éprouve toutes les peines du monde à se remettre de la mort de ses parents, décédés dans un accident de voiture.
Alors qu'elle entreprend de vider la maison familiale, elle tombe sur la série de carnets tenus par sa mère romancière pour constater qu'il en manque un, le seul de couleur rouge.
Pourquoi ce carnet reste-t-il introuvable ? Après avoir découvert une correspondance étalée sur plusieurs années entre sa mère et un mystérieux inconnu, Julie est bien décidée à retrouver le fameux carnet rouge.

J'ai reçu ce roman sous forme d'épreuves non-corrigées, indication qui a pris tout son sens à mesure que je tournais les pages.
Le résumé annonçait pourtant le genre d'histoires qui me plaît, de celles qui distillent des secrets familiaux longtemps enfouis et révèlent des personnalités plus complexes et plus riches qu'il n'y paraît.
Si en plus, le récit s'agrémente de la présence d'un journal ou de lettres, j'ai généralement toutes les chances d'être conquise.
Hélas, ce roman est loin d'avoir fait mon bonheur.
Très vite, j'ai été agacée par un rythme très lent et, arrivée à la page 31, un sens plutôt maladroit de la concordance des temps.

" J'aurais aimé qu'elle s'en aille. Mais lui résister n'est pas la meilleure solution pour obtenir ce que l'on souhaite. Je passerai une heure avec ma grand-mère. Je la rassurerai sur l'état de ma santé mentale et elle s'en irait. Une fois le thé avalé, elle est toujours là."

Autre obstacle à la page 46, lorsque Julie lit un extrait du journal de sa mère dans lequel celle-ci évoque sa conversation avec un ami intime. Alors que tous deux sont censés bien se connaître, il lui indique le métier de son épouse.

" Je veux que tu saches que ton mari et ma femme ont eu une liaison qui a duré un an et demi. C'est terminé depuis un an. Elle est partie pour un homme plus jeune qu'elle, banquier comme elle. N'en parle pas. Cela risque de ternir la réputation d'Evelyne, directrice à la Banque R."

Idem page 56 dans une lettre adressée par son grand-oncle à sa mère.

" Le destinataire de la lettre :
Monsieur Abraham Bessan, mon très cher frère bien aimé
Et sa chère femme, ma belle-soeur Ethel Bessan
Et sa très proche famille
Mes nièces bien-aimées, Gabrielle Bessan, diplômée en communication et Raphaëlle Bessan"

Mais que viennent faire ces mentions de profession à des moments pareils du récit ?
Page 52, je découvre qu'Eric Clapton chante "Lady in red". Heu...non c'est pas lui.
La suite ne fut qu'un défilé de vérités toutes faites balancées d'une même voix par les différents personnages, comme empruntées à des ouvrages de développement personnel.

" Je n'ai pas de goût pour la satisfaction immédiate de mes désirs comme certains. J'ai besoin de réfléchir, de mûrir les événements, de retrouver ma solitude, de m'accorder le temps de grandir.
Pour cela, il faut aller au gré de sa propre temporalité et ne plus se perdre dans le leurre de l'immédiateté qui donne la sensation d'exister mais qui ne permet pas de parvenir à l'élaboration psychique et à la connaissance de soi." p.100

Ceci ne représente qu'un extrait mais tout le roman s'avère du même acabit, souffrant d'un manque de naturel qui ne fait que plomber davantage une histoire lisse et cousue de fils blancs.
Car si Julie cherche à percer les secrets de ses parents, elle passe surtout le plus clair de son temps à se demander ce qu'elle en fera le moment venu.
Heureusement, la philosophie du carpe diem déclinée maintes fois finit par avoir gain de cause et tout le monde est heureux (voir à cet effet l'épilogue en 20 lignes).

Un roman léger dans le fond, lourd dans la forme que, pour ma part, je ne vous conseille donc pas.
Je ne sais ce qui au final me choque le plus entre la qualité douteuse de ce roman et la note de satisfaction étonnamment élevée qu'il a pu récolter auprès du jury des lecteurs.
Si je ne souhaite insulter personne, j'ai quant à moi eu l'impression d'être prise pour une idiote.


Je remercie néanmoins Caroline Duffaud et les éditions de m'avoir offert ce livre.

23 commentaires:

  1. Mauvais pioche donc. Je passe sur ce roman donc la couverture n'est pas très originale non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah c'est une couverture générique, sans plus. Je me demande quel accueil les lecteurs donneront à ce roman...

      Supprimer
    2. Je n'ai pas du lire le même ouvrage que vous! Les fautes que vous notez n'apparaissent pas dans la version définitive. Comme vous le mentionnez, vous avez été destinataire d'une épreuve non corrigée. J'ai adoré l'histoire et je ne me suis pas ennuyée une seconde. Votre avis ne fait pas l'unanimité et heureusement.... Pour ma part, j'ai déjà conseillé ce roman passionant à bon nombre de mes amis.
      Sarah

      Supprimer
  2. ça me fait toujours du bien de lire un billet sur un livre qui n'a pas plu - je ne suis pas tentée de l'ajouter à ma LAL :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de rendre un fier service à ta PAL ;)

      Supprimer
  3. Le sujet du livre laissait présager de belles choses pourtant, c'est dommage! Ton extrait de la page 100 me dissuade carrément de lire le roman, ça c'est sûr!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et comme je le disais, ce n'est qu'un extrait parmi tant d'autres...

      Supprimer
  4. Dommage le sujet paraissait intéressant, c'est toujours un livre de moins à lire =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi c'est trop tard, je l'ai déjà lu :P

      Supprimer
  5. Je passe !!! J'ai bien rigolé à la lecture de ton billet !

    RépondreSupprimer
  6. Ah ben dis donc, ... ça ne donne pas envie !
    Et tu l'as lu jusqu'au bout?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ne me demande pas comment...Les émanations de peinture sans doute...
      Enfin cela dit, j'ai quand même ri (nerveusement) par moments ;)

      Supprimer
  7. Etonnant, toutes ces fautes de la part de professionnels. Et plutôt rédibitoire, en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi la preuve qu'un support éditorial est indispensable. Ne s'improvise pas écrivain qui veut et rares sont ceux, même les bons, qui publient leur premier jet. Il y a toujours des corrections à apporter à un manuscrit.

      Supprimer
  8. Dommage que vous n'ayez pas lu la version définitive!!!Aucun des passages que vous citez ne se retrouvent tels que vous les mentionnez. Eric Clapton n'apparait pas non plus! C'est Chris de Burgh! J'ai trouvé le roman passionnant et je ne me suis pas ennuyée une seconde. Votre avis ne fait pas l'unanimité. OUF!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tiens une Kim et une Sarah s'exprimant de la même manière ^^
      Kim ou Sarah (comme vous préférez), mon avis est effectivement basé sur ma lecture des épreuves non corrigées de ce roman. Il pointe des erreurs de forme qui ont très bien pu être corrigées par la suite. En revanche, je garde mes réserves en ce qui concerne le fond.
      Je pense qu'étant donné que ce roman n'est pas encore officiellement publié, il est encore un peu tôt que pour parler d'unanimité...

      Supprimer
  9. Bonsoir Cynthia, à la lecture de votre dernière réflexion, dans un français approximatif, j'émets toutes réserves sur vos critiques, qui de facto perdent toute crédibilité. J'estime, pour ma part, que votre analyse est plutôt l'expression d'une frustration certainement née d'une incapacité à exprimer vos sentiments. J'ai lu ce livre qui m'a profondément touché et qui j'en suis sur, fera l'unanimité. Je le conseille vivement et sans réserves. Bonne soirée. Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Michel (ou Sarah ou Kim ou Johanna, je suis confuse), mon français se porte très bien (tout comme votre schizophrénie) de même que ma capacité à exprimer mes sentiments comme vous le dites si bien.
      Si vous avez eu la chance de découvrir le manuscrit officiel avant sa sortie, libre à vous de diffuser la bonne parole autour de vous, je ne vous retiens pas.

      Supprimer
    2. exprime-toi Cynthia, laisse venir tes sentiments... laisse-toi aller !!!! mouhhahahaha

      Supprimer
  10. Mais lache donc ton fer à repasser et exprime toi, Cynthia !!!! Morte de rire ! Et même si ce bouquin a été corrigé depuis, ça ne donne pas très envie... Comme Niki, ma LAL s'en réjouit !

    RépondreSupprimer
  11. Je suis surprise que l'on juge un roman (bon ou mauvais) a de si insignifiants détails! Que vous les souleviez soit, mais de la a en faire le fondement de votre jugement sévère et légèrement insultant pour les lecteurs qui apprécie; c'est un peu léger comme argumentation!
    Lisez vous comme un lecteur qui cherche le plaisir, ou comme un critique qui cherche a mettre le doigt sur les travers inévitablement présent, même dans les meilleurs chef d'oeuvre! Il me semble plutôt que c'est votre critique qui manque de naturel, de nuances, de profondeur et d'une part d'objectivité! Je recommande donc aux lecteurs qui se sont appuyé sur votre analyse de la remettre en question en lisant ce roman et en appréciant son style élaboré et qui fais cruellement défaut a beaucoup d'auteurs! On lit pas ce livre pour l'action, mais plutôt pour son écriture, le questionnement qu'il soulève, et pour son message subtil!

    RépondreSupprimer
  12. Si pour vous le fond et la forme constituent des détails insignifiants, je comprends fort bien que vous ayez apprécié ce livre.
    Pour le reste, je ne perdrai pas mon temps à me justifier d'avoir un avis et de l'exprimer.

    RépondreSupprimer