28 mars 2012

Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n'étions pas toi et moi - Albert Espinosa


"Tout ce que nous aurions pu être toi et moi si nous n'étions pas toi et moi" est le premier roman de l'écrivain espagnol Albert Espinosa. Il paraîtra en librairie dès le 11 avril.

Marcos attend la dose de Cétamine qui devrait lui permettre de se passer de sommeil pour le restant de ses jours. Profondément bouleversé par la mort de sa mère, cette seule dose l'empêcherait de rêver d'elle et de prolonger chaque nuit la douleur de sa perte.
Sur le point de s'injecter le produit, il aperçoit au milieu de la place voisine une femme qui exerce sur lui une évidente attraction, sentiment qui lui était jusque là inconnu.
Alors qu'il s'apprête à aller à sa rencontre, son chef l'appelle pour lui demander de le rejoindre d'urgence afin d'utiliser son don sur un extraterrestre.
Marcos tente de lire en lui mais se heurte à un mur. Se pourrait-il que cet étranger possède comme lui ce pouvoir de ressentir les souvenirs des autres ? Que peut-il donc lui apprendre sur cette femme qui a choisi de le suivre ?

Je pense qu'à la lecture du résumé, vous aurez compris que ce livre n'est pas vraiment banal.
Marcos est un curieux personnage dont on ne sait pas grand chose si ce n'est que sa mère a eu une importance capitale dans sa vie.
Tous deux ont parcouru le monde ensemble au gré des spectacles de danse mis en scène par sa mère. Leur relation était fusionnelle et marquée par la personnalité forte de cette femme qui, telle un mentor, encourageait son fils à tendre l'oreille, à observer attentivement le monde et les êtres autour de lui.
Une femme qui possédait ses théories sur tout et abordait sans tabou le sujet de l'amour et du "moi sexuel".
Le décès de cette femme indispensable lui a fait perdre ses repères tant il se définissait à travers elle.
Tout au long du récit, des souvenirs communs se rappellent à lui. Il se remémore ses propos qui résonnent telles des injonctions l'ayant toujours accompagné, voire même façonné.
Cet homme qui semble mort en même temps que sa mère sera sauvé par cette double rencontre avec l'étranger et cette mystérieuse femme qui, chacun à leur manière, lui apprendront qu'il existe un "après", d'autres possibilités qui s'offrent à lui dont il n'avait jusque là pas conscience.

L'ambiance qui règne dans ce roman est particulière, un brin fantastique, comme hors du temps. La référence à Murakami dans le résumé est judicieuse tant on a l'impression de se retrouver dans un Madrid où la vie continue de s'écouler à 3h du matin , une sorte d'univers parallèle au temps suspendu.
Cette référence vaut également pour cette écriture sensorielle qui accompagne les pensées intérieures et les souvenirs de Marcos.
J'ai également pensé à du Van Cauwelaert pour le côté mystique et au "Petit Prince" de Saint-Exupéry pour le caractère initiatique de ce roman.

Pour vraiment apprécier cette histoire, il faut pouvoir laisser de côté son esprit cartésien, rentrer dans le jeu et se laisser séduire par la théorie fantaisiste énoncée dans ce roman, chose que je n'ai pas réussi à faire.
J'ai également eu un certain mal à m'attacher à ce personnage fade qu'est Marcos. Entre les théories envahissantes de sa mère et ce don qui lui permet de sonder les souvenirs des autres, j'ai eu l'impression que cet homme ne vivait que par procuration, sans existence propre.
Il est des livres qui ne sont tous simplement pas faits pour nous.

Je remercie néanmoins Laetitia Joubert et les de m'avoir offert ce livre !

22 commentaires:

  1. Stephie m'a fait un vibrant éloge de ce livre, donc avec ton avis mitigé, cela fait contrepoids, mais j'ai toujours envie de le découvrir ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait, tu l'aimeras peut-être ;) Pour ma part, je ne me sentais pas en phase avec ce roman.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Ca sent le livre déjà dans la PAL ça ^^

      Supprimer
  3. J'aime Murakami, mais je ne pense pas adhérer à ce roman qui me semble trop fantaisiste. Je ne sais pas, l'histoire ne me parle pas. Et je ne suis pas étonnée que tu n'aies pas accroché ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au début ça allait et puis au fil des pages, je me disais que ça n'allait pas le faire. Pas la tête à lire ce genre de livres...

      Supprimer
  4. Je crois qu'on me l'a proposé... et je n'ai pas donné suite, pas accrochée par l'histoire.Le fantastique et l'onirisme ne me paraissaient pas mon créneau ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, ce n'est pas le mien non plus ;)

      Supprimer
  5. Pas d'extrait hein?... hmn :)
    Quel titre épouvantablement long. Ils sont fous ces espagnols ! ;)
    Dis donc, (allusion à la colonne de droite) t'es toujours dans "Madame Cléo"? J'ai l'impression que c'est affiché depuis au moins un mois? Non, parce que j'attends de voir apparaitre une couverture mauve et rouge, là, tu sais...? Et sinon, la peinture, ça se passe bien? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non effectivement, je ne mets des extraits que lorsque je les ai notés durant ma lecture. Après c'est trop tard, ça manquerait de naturel d'en chercher à tout prix pour alimenter mon billet ;)
      "Madame Cléo" est en cours depuis un an en fait...il faudrait que je le reprenne.
      Arf, pas de couverture rouge et mauve car pas trouvée :( J'ai du opter pour la nouvelle, à l'image de l'affiche du film. Moi un peu déçue :/
      Demain je peins des radiateurs...Mon quotidien est hautement palpitant en ce moment. Après on attaque la première couche de couleur sur les murs, puis la seconde, puis la 3ème pour les murs de couleur vive (quelle bonne idée j'ai eue de vouloir des murs flash hein ^^)

      Supprimer
    2. Ah oui, zut. Quels fléaux les films, à nous imposer leur affiche ! Peut-être aurais-tu trouvé l'ancienne en bouquinerie?
      Je m'en remettrai à ton expertise quand je devrai peindre des murs et radiateurs à mon tour :)
      Bon courage !

      Supprimer
  6. Malgré tes réserves, ce titre m'intrigue. Le côté fantaisiste me plaît bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, je ne voudrais pas non plus détourner des lecteurs d'un sujet qui pourrait leur plaire sous prétexte que ce n'est pas mon genre de lecture ;)

      Supprimer
  7. le titre m'a attiré (je suis fan !) mais je l'ai aussitôt reposé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça m'arrive aussi et généralement c'est une bonne intuition ;)

      Supprimer
  8. Il m'arrive aussi de ne pas toujours être sensible à la poésie d'un roman. D'autres y trouveront leur compte.

    RépondreSupprimer
  9. Je devrais le recevoir prochainement...

    Dans un tout autre domaine, je viens de te taguer! C'est ici: http://fattorius.over-blog.com/article-portrait-chinois-le-portrait-d-un-pays-102512483.html

    Il s'agit d'un portrait chinois... à toi de jouer, si le coeur t'en dit!

    RépondreSupprimer
  10. Moi je l'ai adoré, j'ai corné plein de pages au fil de ma lecture. Mon billet ne devrait pas tarder

    RépondreSupprimer
  11. Je lirai ton billet avec intérêt ;)

    RépondreSupprimer
  12. Les avis se multiplient sur ce livre et j'ai du mal à me faire une idée, sauf que ce livre semble vraiment bizarre

    RépondreSupprimer
  13. Le titre est magnifique (et/ou habile d'un point de vue marketing)

    RépondreSupprimer
  14. J'étais souvent tenté par ce roman en librairie sans craquer... bizarrement, ton avis me donne envie de le lire !

    RépondreSupprimer