10 avril 2012

Ce parfait ciel bleu - Xavier de Moulins


Sorti en librairie le mois dernier, "Ce parfait ciel bleu" est la suite d' "Un coup à prendre", premier roman du journaliste français Xavier de Moulins.

Antoine Duhamel assiste impuissant au remariage d'Alice, son ex-femme dont il est divorcé depuis un an et avec laquelle il a eu deux filles, Alma et Claire.
A l'insu de Laurence, sa nouvelle compagne, il continue à prendre des nouvelles d'Alice grâce au compte Facebook d'Alma, guettant le signe qui lui ferait dire que son ex-femme ne l'aurait pas tout à fait oublié.
Partagé entre son ancienne blessure qui peine à cicatriser et un avenir qui l'effraie, c'est auprès de Mouna, sa grand-mère de 88 ans qui vit en maison de retraite, qu'il trouvera le réconfort et la sagesse nécessaires.

Je n'étais au départ pas très emballée par ce roman, excédée que j'étais par le personnage d'Antoine, le genre d'homme que l'on rencontre décidément beaucoup en littérature comme dans la vie : quarantenaire immature et irresponsable pleurant sur un sort qu'il a lui même provoqué.
Bien que "Ce parfait ciel bleu" soit la suite d'"Un coup à prendre", il n'est pas trop difficile de s'imaginer ce qu'il a du se passer dans le premier volet.
Antoine a déconné, préférant une jeunette au physique irréprochable à une épouse devenue mère avec le changement physique que cela comporte.
Mais les choses ne se sont pas passées exactement comme prévu : la donzelle a mis les bouts et voilà qu'Antoine bave à présent devant son ex-femme redevenue rayonnante...auprès d'un autre.

" C'est plus fort que moi, je me retrouve planté devant mon ordinateur à revoir et revoir encore le film de la cérémonie. L'église remplie en septembre comme un oeuf de Pâques.
Je connais par coeur la vidéo, postée par François le 12 septembre 2010. Le nouveau mari est un geek. A peine réveillé de sa nuit de noces, il l'a mise en ligne.
Avant, les hommes montraient par la fenêtre les draps pleins du sang de la vierge qu'ils avaient déflorée; aujourd'hui, ils mettent en ligne le fichier Quicktime de leur messe de mariage." p.25

Aussi, malgré que sa nostalgie mêlée de cynisme m'ait fait sourire, je continuais à penser qu'Antoine n'avait pas volé ce qui lui arrivait.
Mon sentiment a changé au moment où il retrouve sa grand-mère à la Résidence des Lilas.
Coquette, lucide et discrète sur son passé, Mouna est une petite dame qui inspire rapidement la tendresse.

" Voûtée, la tête dans les épaules, sa silhouette ressemble à un soleil qui tombe dans le creux d'une montagne. Son casque blanc est parfaitement laqué, à vue de nez la mise en plis date de 10h30.
On dirait une barbe à papa, une boule de nuage dessinée par un feutre d'enfant, une installation d'art contemporain. J'ai très envie d'y plonger les deux mains et d'y laisser mes empreintes." p.30

Antoine l'emmène en douce voir la mer et lui confie ses angoisses vis-à-vis de cette nouvelle compagne qui l'a accueilli les bras ouverts avec une facilité déconcertante et de son rôle improvisé de beau-père de 3 garçons de pères différents que, pour une raison qui lui échappe, Laurence s'attache à garder auprès d'elle.
Il a passé toute son enfance avec Mouna et continue de grandir auprès d'elle, riche de ses conseils qui n'ont rien des sermons que l'on peut attendre des personnes âgées.
Antoine va ainsi gagner peu à peu en maturité, oublier sa peur de vivre et se consacrer entièrement à cette femme qui de son côté attend la fin avec une certaine appréhension.
Tous deux vont se donner la main, s'enrichir au contact de l'autre, se libérer d'un poids et tourner la page, chacun à leur manière.

" Je ne sais pas ce que je ferai si je me retrouve un jour à sa place, un pied sur la ligne jaune.
Je ne sais pas, et je n'ai pas super envie de le savoir. Je me dis seulement en la regardant sortir son bulot avec classe que c'est complètement idiot d'avoir attendu si longtemps pour revenir ici.
Que si j'avais su qu'une balade aussi simple pouvait nous remplir d'autant de joie, nous aurions pris la route avant.
Que c'est quand même mieux d'être là tous les deux plutôt que de me morfondre devant la vidéo du mariage d'Alice, les photos de son voyage de noces, d'entretenir la nostalgie de mes ratages, de polir mon nombril avec tous ces regrets arc-en-ciel, de rester immobile face à la vie qui fout le camp, de n'être plus vraiment père et très loin d'être un peu beau-père, de me retrouver encore jeune autant à côté de la plaque, à gâcher le peu de temps qu'il me reste, marcher en crabe, ne rien faire de bien de mon existence, le cul vissé sur mes indécisions, au point mort. Le dos tourné à la vie." p.137

Contre toute attente, j'ai donc finalement passé un joli moment de lecture avec ce roman qui fait la part belle à des personnages sympathiques et des émotions dosées avec délicatesse sans pour autant tomber dans la mièvrerie.
Une fable tendre sur les choix, la vieillesse, la solitude et ce compteur qui continue malgré tout de tourner.

MERCI à de m'avoir offert ce livre à l'occasion d'une opération Masse Critique spéciale !


D'autres avis : Clara - Cunéipage et bien d'autres via le lien ci-dessous

14 commentaires:

  1. et un petit pincement au cœur lors de cette lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil et je ne pensais pas cela possible avec ce livre au départ :)

      Supprimer
  2. De prime abord, je ne suis pas forcément conquise par cette intrigue, mais pourquoi pas ? Le fait que tu aies aimé est un bon curseur ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est gentil ça, j'espère que tu ne seras pas déçue du coup !

      Supprimer
  3. Ce duo Antoine-Mouna m'intrigue et un peu et me donne envie de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Duo improbable mais plutôt efficace :)

      Supprimer
  4. J'avoue ne pas être indifférente non plus aux charmes de l'auteur !!! Je vais peut être me lancer dans cette lecture.
    Bravo pour ton blog au passage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Heu...j'avoue ne pas avoir pris le temps de me renseigner sur le physique de l'auteur ^^ Voilà qui est bien intriguant !

      Supprimer
  5. Il est mignon, il est sarthois, il est télégéniquement intéressant mais de là à lire son roman il y a encore actuellement un pas que je ne franchirai pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ben décidément, j'ai manqué quelque chose apparemment ^^
      Je n'ai pas dit non plus que c'était LE grand livre dont je me souviendrais encore dans 10 ans mais je l'ai trouvé sympathique et juste et j'ai été surprise par rapport aux a priori que j'avais vis-à-vis de la couverture et du résumé.

      Supprimer
  6. Non, pas tentée malgré tout, d'autres romans m'attendent depuis trop longtemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, aucun de nous ne pourra jamais tout lire, malheureusement :)

      Supprimer
  7. Je sens qu'il va passer au sommet de la pile à lire...
    "ce compteur qui continue malgré tout de tourner".. J'aime beaucoup... Ça me concerne de plus en plus, après le passage d'un pivot, et les affres du temps. Pfff, désagréable de découvrir de nouveaux défauts devant le miroir, de voir cette peau qui devient flasque, ces cheveux qui tombent.

    Un article bien écrit... En plus, si Clara a aimé, c'est un signe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous en passerons tous par là. Oui je sais cette phrase n'est absolument pas constructive ni réconfortante mais arf...que dire d'autre ? Il n'y a rien à faire malheureusement. Même la chirurgie esthétique ne nous empêchera pas de devenir de vieux perroquets gâteux :)
      Pour en revenir au roman, comme je le disais plus haut, ce n'est pas le livre de l'année mais il a le mérite d'avoir trouvé un ton juste et sans autre prétention que de nous faire passer un bon moment de lecture.

      Supprimer