29 janvier 2012

Le dîner - Herman Koch


Publié en 2009 et traduit en français l'année dernière, "Le dîner" est un roman de l'écrivain néerlandais Herman Koch.

Paul et son frère Serge dînent dans un restaurant guindé en compagnie de leurs femmes.
Une soirée normale en famille, entre gens bien sous tous rapports qui ne peuvent pas se sentir mais ont néanmoins la courtoisie de pouvoir se tenir à table, se dit-on.
Après avoir traversé l'apéritif et l'entrée en ayant épuisé tous les sujets bateau qu'il est possible d'évoquer à ce genre d'occasion, tous les 4 doivent bien se rendre à l'évidence : ce qui les réunit dans ce restaurant n'est certainement pas l'envie commune de goûter à la haute gastronomie de l'établissement.
Leurs enfants se sont rendus coupables d'un acte grave et l'heure est venue d'en débattre et de laver son linge sale en famille.
" Si je devais donner une définition du bonheur, ce serait celle-ci : le bonheur se satisfait de lui-même, il n'a pas besoin de témoin. " Toutes les familles heureuses se ressemblent, les familles malheureuses le sont chacune à leur façon", dit la première phrase d'Anna Karénine, de Tolstoï.
Je me contenterai tout au plus d'y ajouter que les familles malheureuses - et au sein de ces familles en premier lieu les couples malheureux - n'y parviennent jamais seules.
Plus il y a de témoins, mieux cela vaut. Le malheur est toujours en quête de compagnie.
Le malheur ne peut supporter le silence - et encore moins les silences gênés qui s'installent lorsqu'il se retrouve seul.
Aussi nous sommes-nous souri, Claire et moi, dans le café quand on nous a servi nos bières, sachant que bientôt nous allions passer toute une soirée en compagnie des Lohman : nous vivions le plus beau moment de la soirée, tout n'irait par la suite que de mal en pis." p.14

Les nombreux avis élogieux sur ce roman ont fini par me mettre en appétit. Aussitôt attablée, je n'ai pu être rassasiée avant d'avoir goûté tout le menu.
L'apéritif et l'entrée furent en tous points délicieux. Paul, le narrateur, verse allègrement dans la raillerie, critiquant tout et tout le monde, particulièrement son frère Serge.
Loin de le trouver agaçant, je me suis attachée à cet homme simple et honnête, beaucoup moins à Serge qui brigue le poste de Premier Ministre des Pays-Bas et qui, à travers le regard de Paul, apparaît comme un hypocrite de première.
Si l'ambiance se veut tendue dès le départ, on est loin de soupçonner le tournant à venir.
C'est à l'arrivée du plat de résistance que les choses se corsent. Le rire fait soudainement place à la consternation alors que les masques tombent et que la moralité des uns et des autres se révèle au grand jour !
Si Serge et sa femme Babette affichent dès le départ leurs désaccords, le couple formé par Paul et Claire bénéficie d'une complicité silencieuse d'un bout à l'autre du récit.
Paul témoigne du soutien indéfectible de sa femme, des épreuves que leur famille a traversées et qui les ont amené à se serrer les coudes.
Racontant certains épisodes peu reluisants de sa vie attestant de son étrange rapport aux autres, il occulte volontiers certains détails qui selon lui sont dénués d'importance mais dont l'absence dévoile son obsession à vouloir maintenir l'illusion d'une famille heureuse.
Car tel est bien l'enjeu de ce dîner particulier : sauver les apparences, peu importe l'ampleur du délit commis par les enfants, puisqu'on semble ici prôner une hiérarchie de droits, le plus faible étant naturellement soumis à la loi du plus fort.

Comme il fut frustrant de ne pas pouvoir mettre son grain de sel dans ce dîner !
Heureusement que l'auteur joue le rôle de dénonciateur en laissant poindre dans son récit une aversion pour cette bourgeoisie névrosée qui se trompe de débat, incapable de distinguer le bien du mal et d'autant plus mal placée que pour inculquer des principes moraux et encourager ses enfants à faire face à leurs responsabilités.

"Le dîner" est un roman brillant de par sa construction. Les chapitres, revêtant chacun une étape du repas (apéritif, entrée, plat,...) coïncident parfaitement avec la progression de l'histoire.
Si l'humour est certes présent à tous les stades du repas, celui-ci prend une tournure plus amère une fois que l'intrigue se met en place.
Mélange savoureux de peinture sociale, de suspense psychologique et de roman noir, "Le dîner" ne vous laissera pas sur votre faim :)


D'autres avis : Ys - Mango - Niki - Clara - Chaplum - Liliba - Amanda Meyre - Cunéipage - Sandrine - Alex Mots à Mots

30 commentaires:

  1. j'ai compris, je suis la seule à avoir mal réagi en prenant cette histoire trop à coeur
    ce qui ne signifie pas que le sujet et le roman ne soient pas bon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'ayant pas (encore) d'enfants, il est certain que j'ai pu lire ce roman avec plus de recul que ne l'auraient eu des parents.
      Néanmoins, ce roman m'a quand même bien travaillée.

      Supprimer
  2. Tu as décidément l'art de la tournure de phrase :-) Je suis contente que ce roman t'ait plu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé ;) Oui je suis contente de l'avoir lu !

      Supprimer
  3. Je vais finir par attendre la sortie en poche, ej ne sais pourquoi mes biblis l'ignorent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part,j'ai eu la chance de le trouver chez un bouquiniste. Merci à Bruxelles et à ses nombreuses librairies de seconde main !
      Je te souhaite d'avoir la main/bibliothèque heureuse de ton côté car il vaut vraiment le coup ;)

      Supprimer
  4. Il est sur ma LAL .. et à la bibliothèque. Il suffit que je prenne le temps de le lire, ce qui n'est pas le plus simple avec la PAL qui m'attend.

    RépondreSupprimer
  5. Un très bon livre et une claque pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une claque c'est certain et une longue réflexion à l'appui...

      Supprimer
  6. Toujours emprunté à la bibli... Je patiente en piaffant un peu...Ton billet n'arrange rien... ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les bibliothèques, jamais assez fournies quand on en a besoin :p

      Supprimer
  7. Toi aussi, tu as succombé à ce dîner spécial...

    RépondreSupprimer
  8. Il est dans ma PAL depuis trop longtemps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas, il est temps de l'en sortir ;)

      Supprimer
  9. J'ai de plus en plus envie de découvrir ce titre !!! Pas sûre de pouvoir attendre sa sortie poche !!

    RépondreSupprimer
  10. Ma libraire me l'a conseillé il y a plusieurs mois déjà. Mais j'ai tant de trucs à lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi mais bon...il me faisait trop de l'oeil :)

      Supprimer
  11. Je vais aussi attendre la sortie en poche. Sauf en cas d'achat d'impulsion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il te faudra encore un peu de patience dans ce cas ;)

      Supprimer
  12. J'aime beaucoup la tournure de ton billet ! ;)
    Pas lu encore, malgré les nombreux avis élogieux ...

    RépondreSupprimer
  13. Ce roman me fait baver depuis le billet de Manu, et je ne fais donc, suite à ton article, que saliver encore un peu plus ! Je viens de voir qu'ils l'avaient à la bibli de Namur. Je ferai partie des convives de cette saisissante tablée dans les mois à venir et je m'en réjouis :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curieuse de lire ton avis car le point de vue abordé dans ce roman est assez particulier :)

      Supprimer
  14. ll faut absolument que je lise ce livre, surtout qu'avec le tag qui circule en ce moment, il fait concurrence avec "rien ne s'oppose à la nuit" dans les moments préférés de la journée !!!

    RépondreSupprimer
  15. Repéré déjà ici ou là mais avec ta critique, je ne peux que surligner, il m'intéresse drôlement !

    RépondreSupprimer