6 avril 2011

Laissez-moi (Commentaire) - Marcelle Sauvageot


"Laissez-moi" est un récit épistolaire - publié en 1934 - et l'unique oeuvre de la française Marcelle Sauvageot, décédée à 34 ans des suites d'une tuberculose.

Le 7 novembre 1930, Marcelle Sauvageot qui lutte depuis deux ans contre une tuberculose récalcitrante, se voit contrainte de séjourner dans un sanatorium.
Victime de douleurs et d'insomnie, elle se raccroche comme elle peut à l'espoir de guérir comme à cet amour dont elle sent pourtant bien qu'il lui échappe.
Son amant ne peut mesurer ce qu'elle traverse et, ne supportant plus de la savoir malade, lui fait parvenir une lettre dans laquelle il l'informe de son mariage avec une autre et lui propose son amitié.
"Laissez-moi" apparaît comme la réponse et l'adieu d'une femme éconduite et laissée à son triste sort par un homme qui a préféré se retrancher du côté de la vie...

" La certitude que quelqu'un continue à aimer et à attendre, pour qui le reste n'est qu'un dérivatif momentané et sans pouvoir, est un grand bonheur pour un malade : il a la sensation que la vie qu'il a laissée s'est aperçue de son absence ; il ne peut pas imaginer un avenir neuf ; faible et souffrant de la rupture brutale avec le passé, ce qu'il demande à "plus tard", c'est de continuer en mieux ce qui était autrefois.
J'aimerais conserver en moi comme un talisman le souvenir d'hier soir. Fermons les yeux pour que l'illusion revienne. C'est la même chose qu'en rêve : il ne faut pas bouger. Je t'aime." p.24

Repéré il y a près de deux ans chez Leiloona, ce livre était introuvable jusqu'à...avant-hier quand ô miracle je suis tombée dessus par hasard chez un bouquiniste.
Autant dire que j'ai laissé tomber toutes affaires cessantes ma lecture du moment pour me plonger dans ce récit qui n'est ni plus ni moins qu'un coup de coeur !

" Laissez-moi" ne saurait être rattaché à un seul genre. Si l'oeuvre se présente sous la forme d'un corpus épistolaire rédigé à l'adresse de l'amant, elle apparaît surtout comme une correspondance de l'auteure avec elle-même, ce qui la rapproche du journal ou du récit.
Digne, lucide sans être aigrie, Marcelle Sauvageot se met à nu pour aborder les souffrances intimes que lui inspire la rupture et le désamour progressif d'un homme qui se plaisait à pointer chacun de ses défauts pour se donner de nouveaux motifs de séparation.
Les illusions sont retombées et à la lueur de sa nouvelle condition de femme quittée, elle ré-évalue un passé commun et les douloureux sentiments qu'il éveille désormais en elle.
A travers ses propos se glisse une vision moderne du couple et du rôle généralement assigné aux femmes (efface-toi et encense ton mari à toute occasion), point de vue associé à son souci d'indépendance comme à son refus de l'amour fusionnel.
Parce qu'elle aime toujours cet homme, elle choisit de cesser tout rapport avec lui car elle sent bien que l'amitié qu'il lui propose sonne faux ( le fameux "Je préfère qu'on reste amis" pour se donner bonne conscience) et ne ferait que réveiller en elle des sentiments qui ne seraient pas partagés.
"Laissez-moi" est son cri d'adieu et la preuve que l'on peut puiser de ses faiblesses une force insoupçonnée.

" Si j'arrivais à vous faire sentir cette misère, vous vous hâteriez de l'oublier; et pour vous rassurer, vous diriez ce que tout homme bien portant dit des lieux où l'on souffre : ce n'est pas si terrible qu'on le dit. Je ne vous dirai rien. Mais laissez-moi : vous ne pouvez plus être avec moi. Laissez-moi souffrir, laissez-moi guérir, laissez-moi seule. Ne croyez pas que m'offrir l'amitié pour remplacer l'amour puisse m'être un baume; c'en sera peut-être un quand je n'aurai plus mal. Mais j'ai mal; et, quand j'ai mal, je m'éloigne sans retourner la tête. Ne me demandez pas de vous regarder par-dessus l'épaule et ne m'accompagnez pas de loin. Laissez-moi. " p.83

On a déjà tellement écrit sur la rupture et le malheur amoureux et pourtant... Sous le couvert d'une écriture sèche et dépourvue d'envolées lyriques, Marcelle Sauvageot s'emploie à dresser un point de vue singulier, d'une précision rare mais si criant de vérités qu'une intense émotion surgit à chaque ligne. Il m'a d'ailleurs fallu essuyer toute la pluie qui s'était abattue sur mon visage afin d'y voir clair pour rédiger ce billet...

Un sublime cri du coeur qui se lit d'un seul souffle et qui me marquera encore longtemps !

D'autres avis : Leiloona - Pascale


18 commentaires:

  1. Un très beau livre, magnifique et marquant ! inutile de chercher mon billet , il n'y en a pas ...

    RépondreSupprimer
  2. Un énorme coup de coeur, oui ! Et c'est une lecture marquante. A lire si ce n'est pas déjà fait ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Il fallait le dire qu'il était introuvable, je te l'aurais volontiers envoyé. Lu à sa sortie, j'avais énormément aimé et avais trouvé les réflexions de la jeune femme très modernes.

    RépondreSupprimer
  4. Un coup de coeur, mais un livre introuvable, dur-dur.

    RépondreSupprimer
  5. Impressionnant! Je vais voir si je le trouve à la bibliothèque!

    RépondreSupprimer
  6. @Clara : parfois les livres nous procurent une émotion si grande qu'il nous est impossible de la restituer avec des mots ;)

    @Leiloona : et bien voilà, c'est fait ^^ Et je le relirai c'est certain !

    @Aifelle : ah si j'avais su ! Mais ce n'est rien, je dispose maintenant de mon propre exemplaire que je pourrai relire à souhait ;)

    @Alex : il peut se commander ;)

    @Mango : je suis sûre et certaine qu'il te plaira !

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai noté mais pas encore lu... J'attends d'être de l'humeur qui convient pour affronter ce genre d'histoire... ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Très tentant !

    Un secret de Grimbert a repris la même couverture sur la 1ère édition.

    RépondreSupprimer
  9. Pour ton superbe billet et au nom de ma LAL pas si grande, je te remercie...
    Reste à le trouver, ce qui ne semble pas être aisé!

    RépondreSupprimer
  10. Non, pas pour moi, c'est sûr malgré tout le bien que tu en dis !

    RépondreSupprimer
  11. @Gwenaelle : à ne pas lire en cas de rupture c'est certain ;)

    @Calypso : oui, encore un livre que j'aimerais découvrir d'ailleurs !

    @Sybilline : il doit être disponible sur commande. Je disais introuvable parce que je préfère toujours tomber directement sur un titre que devoir le commander ^^

    @Manu : je te rassure tout de suite, il est principalement question de maladie...d'amour ;)

    RépondreSupprimer
  12. Ah un superbe texte que j'avais oublié !! A sa sortie, il avait fait le buzz mais de manière justiifié pour une fois.
    Je ne suis pas étonnée que tu en sois tombé amoureuse ! :)

    RépondreSupprimer
  13. Ton billet est très beau mais je ne suis pas sûre que ce soit un livre pour moi. Si en plus il est difficile à trouver... HS: je viens de voir que vous faites une lecture commune du Doumenc avec Manu. Je lis à un rythme d'escargot en ce moment mais si je trouve le temps, je vous rejoindrai peut-être si c'est ok pour vous...?

    RépondreSupprimer
  14. @Choco : je suis un livre ouvert ^^

    @Zarline : comme tu le sens ;)
    Pas de souci pour cette lecture commune, plus on est de fous...
    Je t'ajoute tout de suite ;)

    RépondreSupprimer
  15. Tu me mets l'eau à la bouche !
    J'espère le trouver tout de même...

    RépondreSupprimer
  16. ... et je viens de me le procurer en ligne sans aucun problème :)!

    RépondreSupprimer
  17. C'est un livre que je veux lire depuis longtemps. Il est dans ma bibliothèque, mais j'ignorais sa dimension autobiographique.

    RépondreSupprimer
  18. j'en garde un excellent souvenir, j'en ai des frissons rien que d'y penser. Un livre à découvrir sans nul doute. Pour ma part je l'avais trouvé en bibliothèque. Je le relirai un jour ou l'autre.

    RépondreSupprimer