1 décembre 2009

La petite fille de Monsieur Linh - Philippe Claudel


"La petite fille de Monsieur Linh" est le 7ème roman, paru en 2005, de l'écrivain et scénariste français Philippe Claudel.
Imaginez un vieil homme que la guerre et la mort contraignent à devoir fuir son pays avec pour seuls bagages une poignée de sa terre et une petite fille d'à peine quelques semaines dont il est l'unique parent encore en vie.
Après un voyage de plusieurs semaines, Monsieur Linh est accueilli dans un dortoir pour réfugiés, au milieu d'une ville "qui ne sent rien" et dont il ignore même la langue.
Le grand-père consacre tout son temps à sa petite-fille Sang diû et redouble de méfiance à l'égard de tous ces inconnus qui pourraient être des voleurs d'enfants.
Jusqu'au jour où, alors qu'il se résout à mettre le nez dehors, il fait la connaissance de Monsieur Bark, un "gros homme" qui comme lui mène une existence solitaire.
Naît alors entre les deux hommes une tendre complicité au delà des mots...


Après "Le monde sans les enfants et autres histoires", me voici à nouveau sous le charme de la plume de Philippe Claudel!
Comment ne pas s'attacher à Monsieur Linh, cet homme à qui la vie a tout pris si ce n'est sa petite-fille, contraint de fuir son petit village pour atterrir dans une ville qui ne lui ressemble en rien?
J'ai été sensible au côté très protecteur de ce vieil homme vis-à-vis de sa petite-fille à laquelle il est entièrement dévoué.
Par effet de contraste avec l'hostilité et l'indifférence de la ville, Monsieur Linh apparaît tel un miraculé, parachuté au milieu d'un monde inconnu, sans le moindre repère.

" La soupe est comme l'air de la ville qu'il a respiré en descendant du bateau. Elle n'a pas vraiment d'odeur, pas vraiment de goût. Il n'y reconnaît rien. Il n'y trouve pas le délicieux picotement de la citronnelle, la douceur de la coriandre fraîche, la suavité des tripes cuites.
La soupe entre dans sa bouche et dans son corps, et c'est soudain tout l'inconnu de sa vie nouvelle qui vient en lui." p.15

Arrive alors un guide, mieux, un ami.
J'ai été touchée par cette complicité en vase clos nouée entre ces deux hommes liés sans le savoir par un même événement du passé et qui communiquent chacun dans leur langue mais en réussissant toujours à se faire comprendre de l'autre à travers un regard ou un simple geste.

" Désormais, le vieil homme dès qu'il se lève attend ce moment où il ira rejoindre son ami.
Il se dit dans sa tête "son ami" car c'est bien de cela qu'il s'agit. Le gros homme est devenu son ami, même s'il ne parle pas sa langue, même s'il ne la comprend pas, même si le seul mot dont il se sert est "Bonjour". Ce n'est pas important.
D'ailleurs le gros homme ne connaît lui même qu'un seul mot de la langue de Monsieur Linh, et c'est le même mot." p.83

Deux remarques tout de même : je ne pense pas que les bébés soient admis dans les homes ni qu'on permette à un homme âgé d'en avoir la garde même si ils sont de la même famille (mais je peux me tromper...).

EDIT de 14h30 : Ah zut! Val vient de m'apprendre que je serais passée à côté d'une chose importante, ce qui rend ma première remarque caduque :/

Je me suis également demandée comment il était possible d'enfermer un homme sans son consentement et sans trouver un interprète pour lui expliquer les choses...
Néanmoins, j'ai vraiment apprécié cette lecture qui met du baume au coeur en dépit d'une fin pour le moins émouvante et qui, rédigée d'une plume douce et poétique, m'a rappelée certains romans de Schmitt.


" La petite fille de Monsieur Linh" était une lecture commune avec Val que je remercie de m'avoir encouragée à sortir ce livre de ma terrible PAL!

D'autres avis : Val - Solenn - Calepin - Lili Galipette - Karine:) - Hathaway - Iluze - Hérisson - Miss Orchidée - Zarline - Pimprenelle - Cécile QD9 - Calypso - Nanne - Fashion

26 commentaires:

  1. Oh rien de de repenser à ce livre, j'ai le coeur qui se pince

    Ce livre m’a littéralement secouée. Je me suis prise de tendresse pour ce vieil homme expatrié qui lutte, qui veut vivre pour sa petite fille. Un livre bouleversant de sentiments qui m’a conduite doucement, sans aucune précipitation à découvrir sa vie d’avant et à aimer cet enfant. Il espère pouvoir offrir le meilleur à sa petite fille alors on voudrait, simplement, pouvoir l’aider ce Monsieur Linh...

    RépondreSupprimer
  2. Oh j'avais très envie de le lire celui-ci ! Faudra que je le trouve à la bibli car ça y est , je n'achète plus de livres !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai adoré ce livre, le seul lu à ce jour de Philippe Claudel. Je voudrais te répondre sur les bébés, mais je ne veux rien dévoiler pour celles qui ne l'auraient pas lu. Bien sûr que non que l'on accepte pas les bébés, mais ..... le dénouement est autre n'est-ce-pas ?

    RépondreSupprimer
  4. Et bien moi je n'ai pas trop aimé ce roman, je reste sur ma bonne impression des Ames grises.

    RépondreSupprimer
  5. J'adore ce texte!
    Il paraît que le film qui en a été tiré est assez mauvais...

    RépondreSupprimer
  6. J'ai detesté le rapport de Brodeck, mais on m'a déjà conseillé plusieur fois de lire ce livre, qui pourrait me réconcilier avec l'auteur... Je refais un noeud à mon mouchoire !!!

    RépondreSupprimer
  7. Pour ma part, j'ai particulièrement aimé la fin. Sans ça, j'aurais trouvé le livre un peu trop "gentillet"

    RépondreSupprimer
  8. Ah, mon commentaire n'est pas passé ?

    RépondreSupprimer
  9. Que j'ai aimé ce livre! Et pleuré!
    Oui, aussi l'amitié entre deux hommes, même sans la langue commune

    RépondreSupprimer
  10. Malheureusement, j'ai gravement été déçue par ce livre... dommage! Je n'ai pas relu l'auteur depuis.

    RépondreSupprimer
  11. Aifelle a raison, le dénouement est autre. Mais on ne peut rien dire. Et c'est grâce à cette fin que ce roman est beau.

    RépondreSupprimer
  12. Un lecteur de la bib m'a parlé il y a peu des "âmes grises" avec une telle émotion que je me suis dit qu'il fallait vraiment que je découvre cet auteur...

    RépondreSupprimer
  13. Je n'ai jamais lu de roman de cet auteur. Est-ce que c'est une bonne idée de commencer par celui-là selon toi?

    RépondreSupprimer
  14. Toi, Madame Cynthia, je te retiens de t'être moquée de moi pour un certain commentaire :P (rien à voir avec ton billet, je sais)

    RépondreSupprimer
  15. J'ai beaucoup aimé ce livre et j'en garde encore un souvenir ébloui!

    RépondreSupprimer
  16. Faudrait que je le pique à mamie :D

    RépondreSupprimer
  17. J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce livre, cette histoire touchante, cette gentillesse dans la plume... J'ai versé quelques larmes à la fin du roman...

    RépondreSupprimer
  18. @Clara : on dirait que si ;)
    @Keisha : effectivement ;)
    @Zarline : hé bien, maintenant que je connais la vraie fin, je vois ce que tu veux dire!
    @Géraldine : je n'ai pas encore lu "Le rapport de Brodeck" mais c'est prévu! Pour quand je ne le sais pas encore :/
    @Emilie : pas encore lu "Les âmes grises" non plus, j'en ai des choses à lire il me semble ;)
    @Liligalipette : je ne savais pas qu'il était sorti, je vais me renseigner!
    @Aifelle : oui je suis passée à côté au premier coup on dirait ;)
    @Celsmoon : mais comment est-ce possible?^^ Tu vas peut-être en recevoir pour Noel non? ;)
    @Clara : tout à fait! Ce pauvre homme m'a vraiment attendri!
    @Valérie : oui maintenant que tu le dis ;)
    @Jules : Ca arrive! Pas envie d'en tenter un autre de cet auteur?
    @Bouh : Je t'avoue que j'ai mis 2sec30 à situer la blague avant de me souvenir de cette phrase :
    " Infirmièèèèèèèèèère, j'ai fait"
    Mouhahaha, j'en ris encore!
    @Keltia : Etant donné que ses romans n'ont rien d'autobiographique, je pense que tu peux commencer par n'importe lequel ;)
    Cela dit "Le rapport de Brodeck" m'a l'air d'être plus encensé que les autres!
    @Ys : celui-ci n'est pas très long! Je n'ai pas encore lu "Les âmes grises" mais j'ai lu beaucoup d'avis positifs alors pourquoi pas ;)
    @Theoma : héhé, bonne lecture dans ce cas!
    @Mango : moi aussi ;)
    @Pauline : après les sacs à main, voilà qu'on s'en prend à leurs livres...Y a plus de jeunesse^^
    @Marie : Une lecture qui fait assurément du bien ;)

    RépondreSupprimer
  19. Ce roman fut un véritable coup de coeur en ce qui me concerne et j'aime bcp la plume de P.Claudel.

    RépondreSupprimer
  20. Cynthia, un tag pour toi sur mon blog demain... si ut veux.

    RépondreSupprimer
  21. Vilaine! La prochaine fois, je te loupe pas ;P

    RépondreSupprimer
  22. t'aurais pas un peu fait ta blonde sur ce coup là ?! J'avais pas eu le temps de te laisser en com mais en te lisant l'autre jour je me suis dit : punaise elle a pas compris la fin ou quoi ?!
    Heureusement qu'on t'a rappelé à l'ordre !!
    It's raining blonde... ;)

    (tu croyais tout de même que j'allais laisser passer l'occaz de me moquer !! j'ai ptet des japonaises bizarres sur mon blog mais au moins je lis les romans jusqu'au bout... Mouahahaha ! )

    RépondreSupprimer
  23. Ne m'en veux, je n'ai pas lu ton billet, seulement les premières lignes. Ce livre est à côté de mon lit, prêt à être lu!

    RépondreSupprimer
  24. Cette lecture de "La petite fille de Monsieur Linh" (http://dunlivrelautredenanne.blogspot.com/2009/09/sang-diu.html) m'a beaucoup touchée en raison de cette sensibilité à fleur de peau que nous fait ressentir Philippe Claudel par sa plume poétique ! J'ai réellement apprécié ce court roman, même si ce n'est pas mon préféré. Pour le moment, ma préférence va aux "Âmes grises", mais je n'ai pas encore lu "Le rapport de Brodeck".

    RépondreSupprimer
  25. @Nanne : j'ai ajouté un lien vers ton billet.
    Il faut vraiment que je lise "Les âmes grises" on dirait ;)

    RépondreSupprimer